AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Déambulation.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Déambulation.   Dim 4 Avr - 18:16

J'étais retourné un jour, dans la maison de Sin. Et qui avais-je trouvé ? Fédérico et le propriétaire débattant avec zèle d'un sujet qui m'était encore inconnu. Fédérico tenait entre ses bras un panneau, une toile et, Sin essayait de la lui prendre. Pourquoi ? N'en avaient-ils pas suffisamment, des toiles, pour se battre pour celle-ci ? Eux qui passaient leurs jours et leurs nuits à peindre...

- Tu emmènes le modèle ! Tu pourras recréer cette toile à volonté !

- Non, c'est un de mes plus grands chef d'oeuvres ! Je ne pourrai jamais recréer de telles couleurs et elle n'aura jamais la même expression !


- Mais pourquoi l'emmener maintenant ? Nous devons être discrets, tu penses que déménager toute la maison est une bonne idée ? On reviendra la chercher...

- Je ne veux pas qu'on me la v...

Ses yeux croisèrent les miens, pleins d'incompréhension. Déménager ? Mais pour aller où ? Et tout commençait ici.

On me fit asseoir, et les deux peintres m'expliquèrent leur projet. Nous allions partir, déménager vers une ville qu'ils nommaient "Firone" et où je serai en sécurité. J'eus beau leur répété que je ne craignais rien, qu'ils se faisaient trop de soucis... Rien n'y fit. Ils restèrent convaincu que c'était le seul moyen de me... "protéger". Ils avaient pris contact - je ne sais pas trop comment et à vrai dire, je ne veux pas savoir - avec un M qui allait nous mener à ce lieu, en plein désert. Le désert, quelle idée d'aller vivre dans le désert ! Comment ferai-je pour peindre sans eau ? Et les petites particules de sable viendront se coller à ma peinture avant qu'elle ne sèche... Puis hormis les dunes, y avait-il quoi que ce soit à peindre. Je ne cachais pas mon désarrois et même s'il sembla les gêner, ils restèrent intraitable. Le départ était prévu la semaine précédant la prochaine lunaison. Je comprenais enfin le motif de la dispute... Fédérico voulait emporter un des tableaux qu'ils préféraient quand Sin prêchait la discrétion et d'emmener le minimum vital.

Nous partîmes tard dans la nuit, Fédérico avait renoncé au fameux tableau, arrachant néanmoins la promesse à Sin que nous reviendrions la chercher. Je les suivais sans enthousiasme, je quittais Livia la grande contre mon gré, persuadé que c'était un départ inutile et injustifié. M'avait-on seulement demandé mon avis ? On m'avait recouverte d'une grande cape noire, m'empêchant d'étendre mes ailes. Le voyage se déroula bien jusqu'aux portes de Livia, puis, tout se passa trop vite. Sans que je ne comprenne rien, nous fûmes séparé. Moi, seule avec la guide. Fédérico et Sin... perdus. Je paniquais mais, sous l'urgence de la situation et les mots réconfortants de notre guide, je me calmais et accepter de la suivre. Nous attendions depuis un peu moins d'une demi-heure quand Sin revint, le visage livide. Encore une fois, il refusa de me dire quoi que ce soit au sujet de Fédérico. Avaient-ils étaient séparés ? Pourquoi ne pas l'attendre ? Et... nous partîmes.

Le soleil venait à peine de se lever lorsque nous arrivâmes vers Firone. Je ne saurai la décrire, je ne saurai rien dire sur ce que je vis. Mes yeux étaient pleins de larmes et mon coeur, angoissé de ne jamais revoir celui qui avait toujours été pour moi mon père, mon maître, mon peintre et même parfois mon modèle. Sin prenait tout en main, tant mieux. Que devions nous faire désormais ? Y avait-il quelqu'un en particulier à rencontrer ? Que lui dirions nous ?

---------------------

Je me suis laissé guider à travers les rues, j'ai suivi docilement Sin jusqu'à une petite maison ou nous nous installons provisoirement. Il parait que nous devons rencontrer une dénommée Ayaquelquechose avant... ou je ne sais pas. Non, je ne sais pas et je ne veux pas savoir. Je suis resté assise sur le lit une bonne partie de la journée, amorphe. Incapable de réfléchir. Il ne valait mieux pas d'ailleurs, qu'avait-on fait à Fédérico ?
Lasse de tout cela, je me levai sans un mot ou un regard pour Sin, et sortait. La nuit venait à peine de tomber. Je déambulai, prise dans mes pensées, observant d'un œil critique les paysages qui s'offraient à moi. Moué... j'aurai vite fais le tour. Le tour ?

- Aie !

Halte là ! Objet dur non identifié vient de m'envoyer violemment percuter le sol !
Revenir en haut Aller en bas
Hyriel
-Perso Décédé-
BWAAAHH !
-Perso Décédé-BWAAAHH !
avatar


Background
Pouvoirs: Seigneur du Vent
Statut: Ex-Fondateur de Firone
Niveau:
4/4  (4/4)
MessageSujet: Re: Déambulation.   Lun 5 Avr - 18:08

L'aimantaliste progressait tranquillement vers les portes de l'Enclave, maudissant l'idée qu'ils avaient eu avec Aya de s'installer dans la maison qui en était la plus éloignée. Comme à son habitude, il pensait à des milliers de choses à la fois, aux nouveaux venus, aux descentes Ailisses en ville, aux provisions du village, et des centaines d'autres choses qu'il devait gérer pour les rebelles et pour lui-même.
En passant devant la maison du forgeron, toujours à l'œuvre malgré l'heure tardive, et il lui envoya un signe de la main juste au moment ou quelque chose le coupa net dans son élan, l'obligeant à quelque cabriole pour rester sur ses pieds et lui arrachant un petit "Hpmf!" sous le choc inattendu.

Devant lui, son obstacle par contre avait plus que vacillé sous le choc et c'était une femme apparemment des plus délicates qui se retrouvait le nez dans la poussière. Hyriel ne l'avait encore jamais vu à Firone, et la pâleur de sa peau sous les rayons de la Lune confirmait le fait qu'elle n'était pas dans le désert depuis longtemps.

Tendant une main vers l'inconnue pour l'aider à se relever, il demanda :

"Ca va ?"

Aucun sourire à l'horizon, ni même la trace d'un air désolé sur son visage, après tout, elle était au moins aussi responsable que lui de cette collision. Il plantait juste son regard brun dans le sien, cherchant à trouver autant de sincérité dans la réponse que dans la question qu'il avait posé.

Dans le même temps, le jeune homme cherchait à savoir qui elle pouvait être. De grandes ailes dont la blancheur semblait même l'emporter sur la poussière qu'elle venait remuer trahissaient sa nature, mais il n'y voyait pas là de réelle objection. Après tout, la plupart des Alguz partageaient avec les Aimantaliste le rejet et le mépris de la part du reste de la population, et même s'il fallait les garder à l'œil car certains trouvaient leur parti en servant la déesse, Hyriel s'efforçait de ne pas les accabler du même regard que la populace livienne.


Je suis PAS un Esper ! (Bordel.)
-Hyriel-

Ayashen : Les miennes sont énormes !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Déambulation.   Lun 5 Avr - 18:38

Mon sens de l'équilibre déjà précaire en prend un coup, et même déployer mes ailes ne m'est pas d'une grande utilité alors que je me retrouve déjà assise, le cul dans le sable. Pwa... le sable. C'est tout petit, ça se glisse partout, c'est chaud... Non. Je trouverai bien quelques qualités un jour ! Et voilà, j'ai déjà une idée de ce à quoi je pourrai occuper de longues longues heures. Je relève les yeux... et mes deux iris orangées se posent sur la main dorée qui m'était tendue. Je la regarde une seconde, puis je lève les yeux un peu plus vers le visage de l'individu... Wah... il a l'air vraiment grand d'ici. Fédérico m'avait déjà dit que se placer sous son modèle donnait de la hauteur mais j'avais jamais véritablement pris la peine d'essayer. Ma bouche s'ouvre en forme de "o" alors que je me rend compte de tout ce que cette découverte allait me permettre ! Hum Hum. Je saisissais sa main pour me relever, gardant dans ma seconde main une poignée de sable. Pwa... le sable. Je garde sa main dans la mienne alors qu'il me parle... Hein... Il dit quoi... ça va ? Mais euh.. pourquoi ça n'irait pas ? La chute !

- Euh oui.. enfin euh... et vous ? Vous allez euh.. bien ? Je suis désolé je réfléchissais et euh... enfin je euh... voilà.

Remarquable. Brillantissime. Fédérico m'aurait lancer un magnifique regard de reproche à ce moment là. Mais déjà je passe déjà à autre chose, plissant les yeux pour détailler un peu l'inconnu qui me fait face. Grand, bien bâti... Une peau délicatement hâlée, une chevelure digne de celle volant au vent des grands chevaliers au galop sur leurs magnifiques chevaux blancs que je... bref. Un piercing sur une arcade au dessus d'un œil doré. Un air froid et inamical... oh mais... oh ! Je tiens toujours sa main que je m'empresse de lâcher immédiatement, bredouillant une excuse plus ou moins incompréhensible. C'est pour ça qu'il était pas content ? Parce que je lui tenais la main ! Fédérico il voulait jamais que je lui tienne la main en public, il disait que c'était dangereux et... mes yeux s'élargirent d'un coup comme si j'étais traumatisée ou que je venais d'apprendre quelque chose de vraiment horrible.

- Je vous met pas en danger au moins ?

Si ça vaut pour Livia, ça vaut aussi pour ici non ? Non ? Je sais pas... il me le dira sans doute. Je baisse les yeux confuse et regarde le sable dans ma main. Est-ce que ça pourrait donner du volume à un tableau... est-ce que c'est possible de colorer ces petites particules et de les coller sur un tableau et oh, ce serait une expérience fabuleuse mais... oh ! Je relève des yeux d'enfant vers mon interlocuteur.

- Hum... C'est possible de peindre sur du sable ?


{ Folle ? Non ? Vraiment ? }
Revenir en haut Aller en bas
Hyriel
-Perso Décédé-
BWAAAHH !
-Perso Décédé-BWAAAHH !
avatar


Background
Pouvoirs: Seigneur du Vent
Statut: Ex-Fondateur de Firone
Niveau:
4/4  (4/4)
MessageSujet: Re: Déambulation.   Lun 5 Avr - 19:55

Hyriel observait l'inconnue. Ses mimiques, ses attitudes, elle était... étrange. Quoiqu'elle n'avait pas l'air de chercher à dissimuler quoi que ce soit. "Originale" était peut-être plus approprié. En tout cas, il n'avait pas pu retenir un petit sourire amusé, vraiment à peine perceptible et éphémère, et il avait simplement fermé les yeux quand elle lui avait retourné la question en signe d'affirmation. Après tout, il n'y avait pas de blessé, alors inutile d'épiloguer là dessus, Hyriel était parfois avare de sa salive, surtout en fin de journée quand celle-ci avait été longue. Ou même en pleine journée quand la chaleur est écrasante. Et aussi le matin, avant d'être complètement sorti de sa nuit.

Il tint sa main ferme quand elle s'en saisit, mais une fois relevée, alors qu'il relâchait sa prise, elle gardait sa main prisonnière pendant encore un instant. Le M du vent avait du mal à saisir la raison d'une telle étreinte, et avant qu'il ne s'échappe plus activement, elle réalisa la chose et s'empressa de le libérer dans un charabia si faible qu'il ne pouvait s'agir que d'excuses plus ou moins adroites. Il y avait quelque chose d'amusant dans cette fille. Hyriel n'était pas pourtant des plus impressionnant, et si les jeunes M qui rejoignaient les rebelles étaient parfois intimidés les premiers jours, ça ne se traduisait pas de manière si "extrême".

En revanche, le brusque changement d'attitude de l'Alguz captiva d'un coup son attention qui commençait déjà à repartir vers la porte, et plus encore comme elle lui demandait s'il n'était pas en danger avec elle. Elle qui avait l'air pourtant des plus inoffensives. En signe de surprise, il haussa un sourcil, répéta, comme pour reformuler la question pour lui-même :

"En danger...? Il restait dubitatif. Et bien euh... non... je suppose que..."

Et avant qu'il ne termine sa phrase, ne sachant pas très bien lui-même où il voulait en venir, elle le regarda de nouveau, mais cette fois ci avec l'étincelle de curiosité qu'on croise dans le regard des enfants.

"Du sable ?! s'étonna-t-il. Pourquoi veux-tu peindre sur du sable ?"

Dépassant le caractère saugrenu de la question, il reprit :

"J'imagine que... ce n'est pas ce qu'il y a de plus simple. Maintenant... peut-être qu'en teintant le sable et en le fixant sur un autre support on peut obtenir quelque chose d'original."

Il ponctua sa phrase d'un sourire amusé. Elle l'amenait à réfléchir à des choses auxquelles il n'avait jamais pensé, elle avait au moins ça pour elle. L'Aimantaliste n'était pas insensible à l'art, loin de là, mais ce genre de préoccupation lui passaient à des années lumières au dessus de la tête.

Hyriel passa une main dans ses cheveux, et son visage avait semblé revenir en ordre en même temps que sa coiffure, et il regarda son interlocutrice avec un air interrogateur, quoique plus curieux qu'inquisiteur.

"Mais dis-moi, qui es-tu au juste ? Et devançant une éventuelle réponse quant à sa race qu'il était inutile de mentionner, il précisa sa question. Qu'est ce qu'il y a sous ces grandes ailes blanches ?"

Cet être qui semblait venir d'une autre planète intriguait vraiment l'Aimantaliste qui n'avait pas pour habitude de s'intéresser aux autres, "humainement" parlant du moins. Il se demandait d'où elle sortait, et surtout ce qu'elle pouvait bien venir faire ici, au milieu de tout ce remue-ménage.


[Juste un peu Razz Par contre, je ne te promets pas de garder ce rythme, surtout en semaine =/ ]


Je suis PAS un Esper ! (Bordel.)
-Hyriel-

Ayashen : Les miennes sont énormes !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Déambulation.   Lun 5 Avr - 23:06

Ah ! Enfin une expression sur ce joli visage ! Incompréhension ? Doute ? Je n'ai jamais été très douée pour trouver les émotions des gens, je contente de regarder, et de reproduire... mais analyser, Fédérico disait toujours que j'avais une vision trop "rose" des choses. Encore une expression que je ne comprends vraiment pas. Rose ? Pourquoi rose ? Je ne porte presque jamais de rose et il n'y a pas de rose dans la mer, dans le sable, dans les rues... Étrange. Il me répond par une phrase au moins aussi intelligente que la première que je lui ai adressée et qui veut pas vraiment dire grand chose mais je ne m'en formalise pas et passe à autre chose, regardant le sable s'écouler entre les doigts entrouverts de ma main. Il en restait à peine quelques grains dans ma main... Bah ! Le vent s'en chargerait. Et je les regardaient... en attendant qu'ils s'envolent. C'est si éphémère ces choses là. C'est pour ça qu'il faut les peindre ! Sinon elles s'envolent et disparaissent... Encore faudrait-il que je trouve un moyen de fixer le sable sur la toile. Le vernis ça irait ? Il semble surpris par ma question ? Je relève les yeux vers lui. Pourquoi peindre le sable ?

- Et pourquoi pas ?

Mais il se reprend vivement, m'apportant une information utile. Teindre le sable ! Mais oui, bien sûr ! Il suffirait que je trempe le sable dans la couleur, que je remue bien puis que je l'étale avec la spatule... pas très précis mais ça peut marcher. Il s'agira juste de choisir les bonnes spatules. Je pense pas qu'au pinceau ce soit possible parce que le sable se mettra dans les filaments et ce sera dur de l'en faire sortir.

- Il faudra bien que je trouve une méthode, ici, le sable viendra se coller à mes peintures avant même qu'elles ne soient sèches. Vous pensez que du vernis ça suffirait pour fixer le sable ? Oh ! Ce serait vraiment joli de faire une sorte de mosaïque avec du sable... oui oui ! Très joli !

Il faudra que je me penche sérieusement sur la question. Peut-être une couche de peinture, une couche de sable, une couche de peinture et une couche de vernis ? Après tout, il n'y a pas que la peinture dans l'art et je suis une artiste... oh ! Comme j'aimerai apprendre la sculpture ou un autre art ! Ce serait vraiment passionnant ! Il passa une main dans ses cheveux et son visage perdit le joli petit sourire que j'y avais vu fleurir. Spontanée et inconsciente je prenais une mèche blanche entre deux doigts.

- Vous avez de très beaux cheveux. Presque aussi beaux que votre sourire, dommage que ce dernier semble si rare sur votre visage...

Fédérico m'avait dit un jour que tout le monde ne pouvait pas sourire tout le monde ! Pourquoi ? La vie est pleine de belles choses quand certaines personnes s'obstinent à n'en voir que les points négatifs... Ce n'est bien sûr qu'une question de point de vu, mais tout serait tellement plus agréable avec un joli sourire aux lèvres. Oh ! Comme le monde serait beau si tout le monde souriait, dansait, porté des vêtements colorés au lieu de ce noir récurant... Oh oui, ce serait fabuleux ! Je lâchai ses cheveux, me permettant un murmure plus pour moi même que pour lui...

- ça ne les rends que plus précieux...

Je vois dans ses yeux beaucoup de questions, pourtant il n'en sort qu'une seule. Je suis quoi ? J'ouvre la bouche pour répondre Alguz mais il continue - alors je referme la bouche. Ce qu'il y a sous les ailes ? Je fronce les sourcils. Où est le rapport ? J'en lève une un peu plus haut et regarde dessous... Puis sous l'autre. Oh... je vois ! Il y a quelques traces de sable répartie aléatoirement. Des projections sans doute quand je me suis écrasé dans le sol. Il faut être observateur. Je regarde l'homme qui me fait face, un joli sourire aux lèvres.

- Oh... c'est du sable, c'est parce que... enfin... vous savez, quand je suis tombé, ça colle et...

Je reportai mon regard sur mes ailes et les essuyait avec soin, bien dans le sens de la plume. ça allait partir hein ? Le sable c'est sec... donc s'il est pas mouillé ça devrait pas coller. Une, deux minutes... puis, je me rappelle d'une leçon de Fédérico... me présenter. Voilà bien quelque chose que j'avais complètement oublié de faire ! D'un autre coté, l'inconnu - que je connaissais un peu mieux maintenant - ne s'était pas présenté non plus !

- Enchanté, je m'appelle Aquarelle ! Et toi ? Tu t'appelles comment ?

Je lui tendais une main franche avant de finalement la retiré et de la passer dans mes cheveux. Je baissai mes yeux. C'est vrai ! Pas tenir la main ! Je murmurai un "pardon", les yeux sur les fins grains de sables qui montaient puis redescendaient de mes chaussures.
Revenir en haut Aller en bas
Hyriel
-Perso Décédé-
BWAAAHH !
-Perso Décédé-BWAAAHH !
avatar


Background
Pouvoirs: Seigneur du Vent
Statut: Ex-Fondateur de Firone
Niveau:
4/4  (4/4)
MessageSujet: Re: Déambulation.   Mer 7 Avr - 23:36

"Et pourquoi pas ?" avait-elle répondu. Bien renvoyé, d'un autre côté ça ne le regardait pas vraiment. Enfin, elle finit par parler de la façon dont elle s'y prendrait, mais Hyriel n'était bien certain d'être le destinataire d'un tel exposé, la jeune femme semblait plutôt réfléchir à haute voix, même si elle avait l'air de lui demander son avis. Il opina du chef, autant pour le vernis que pour la mosaïque, quoique même s'il n'était pas sûr que le vernis soit suffisant avec le temps, il fallait bien faire l'expérience pour le savoir. Quoiqu'il en était, elle répondait plus ou moins aux questions qu'il se posait à son propos, puisqu'elle disait peindre. C'était donc une artiste, ce qui pouvait expliquer pas mal de choses...

Et soudain, sans l'ombre d'un avertissement, l'Alguz saisit une mèche de cheveux du jeune homme. Il tenta de s'extirper une fois de plus de son emprise, mais elle tenait fermement la mèche qu'elle avait attrapé, et insister davantage n'aurait eu pour effet que de lui arracher cette mèche ou de lui faire mal. Ou les deux, mais Hyriel n'avait envie ni de l'un ni de l'autre de toute manière. Cependant, les commentaires qu'elle formula le surprirent presque, plus habitué à être moqué ou dénigré pour sa crinière que complimenté. Mais au final, il était de plus en plus évident que son interlocutrice était tout à fait aux antipodes des personnes qu'il rencontrait habituellement.

"Merci..." lança-t-il vaguement.

Ces compliments, il ne les avaient pas vraiment pris au sérieux, tant celle qu'il avait en face de lui lui paraissait extravagante. Et de toute façon, son sourire ne le préoccupait nullement, tout ce qu'il voulait, c'était qu'elle lui lâche les cheveux. Chose qu'elle fit presque aussitôt, en accompagnant ce geste d'un commentaire étrange. L'Aimantaliste n'était pas certain d'avoir bien saisi ses paroles, mais il était à peu près sur qu'elle les avait qualifié de précieux. Précieux pour qui ? Pour faire quoi ? Pas paranoïaque mais juste un peu prudent, il sortit une crayon de sa poche et enroula en un chignon sa précieuse chevelure, d'un geste rapide et naturel, profitant du fait qu'elle examinait ses ailes : elle avait pris sa question au pied de la lettre. Hyriel ne put s'empêcher de porter sa main à son visage alors qu'elle lui répondait et commençait même à se justifier, dépité autant qu'amusé par la candeur de l'Alguz. Finalement magnanime, il joua de son élément, renforçant légèrement la bise habituelle de Firone pour souffler doucement les derniers grains de sables qui s'accrochaient avec l'énergie du désespoir aux plumes immaculées de la jeune femme. C'était un des principaux avantages de son élément : le vent ne se voit pas directement, c'est l'allié le plus discret qui soit. Bien sur, c'était nettement moins impressionnant que de faire jaillir un éclair du bout de ses doigts, ou de lancer une boule de feu à vingt mètres, mais ça convenait mieux à la personnalité d'Hyriel.

Puis, reportant son attention sur lui, Aquarelle se présenta. C'était étrange comme nom, mais ça finalement lui allait comme un gant ! Cette obsession des couleurs qu'elle semblait avoir... et pour la première fois, elle le tutoyait.
Oh, mais il ne s'était pas non plus présenté ! A vrai dire, il en avait perdu l'habitude. En effet, en général ceux qui venaient à Firone le connaissaient de réputation, tout comme Ayashen, et les gens le reconnaissaient immédiatement et venaient se présenter en l'interpelant. Et puis les fois où il sortait à Livia M, l'heure était surtout à la discrétion, il était donc hors de question de prononcer son nom.

"Enchanté Aquarelle, moi c'est Hyriel. Bienvenue à Firone !"

Et comme il allait accompagner ses vœux en serrant la main qu'elle lui tendait, il la redirigea la sienne... vers sa nuque lorsqu'il vit celle de l'Alguz se dérober. En reportant son attention sur le visage de la jeune femme, il s'aperçut qu'une fois de plus elle baissait les yeux. Il avait vraiment du mal à la cerner, tantôt curieuse tantôt renfermée, tantôt expansive tantôt penaude comme un gamin qu'on venait de gronder.

Comme pour faire diversion, et voir disparaître cette expression de son visage, Hyriel s'efforçait d'être presque chaleureux, essayant d'avoir l'air le plus avenant possible en demandant :

"Qu'est ce qui t'amène ici ?"

C'est vrai qu'elle avait l'air perdue, seulement y avait-il un endroit à Filgaïa où elle serait à sa place ?
Ne pouvant aller définitivement contre son naturel, il ne put s'empêcher d'ajouter :

"Sais-tu au moins ce qu'est cet endroit ?"

Son ton était légèrement moins "gai", mais sans être pour autant des plus froid. Il prenait garde de bien choisir ses mots, s'efforçant de poser des questions précises excluant tout malentendu comme celui de ses ailes. C'est ce que trahissait en quelque sorte son ton plus distant.


Je suis PAS un Esper ! (Bordel.)
-Hyriel-

Ayashen : Les miennes sont énormes !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Déambulation.   Dim 18 Avr - 18:52

Hyriel... C'est joli Hyriel... C'est un prénom joli, dansant, léger ! Il fait penser à pleins de choses ce prénom mais je saurai pas dire à quoi exactement. A un peu tout, en tout cas il lui va aussi bien que de la peinture à son pinceau. Oui, quand j'y pense, il existe pas vraiment d'autre prénom qui pourrait lui correspondre, mais c'est vrai que je n'en connais pas beaucoup mais quand même. Il passe sa main dans sa nuque, tout près des jolis cheveux blancs qu'il a attaché avec un crayon. Comme c'est dommage ! C'était si joli quand ils volaient librement à tous les vents. Mais je ne dis rien parce qu'on part déjà sur un autre sujet ! Qu'est-ce qui m'ammène ici ? La réponse est simple pourtant ! Quelle question vraiment... Après c'est vrai, je suis pas trop habituée a discuter aussi longtemps avec des gens comme ça. Fédérico il aimait pas trop que je discute à Livia, il disait que c'était dangereux mais à l'écouter, tout était dangereux !

- C'est Sin et Fédérico et une dame que j'avais jamais vu qui m'ont ammené ici.

Ils me l'avaient présenté comme "La guide" mais alors ça c'était vraiment très très vague. Elle avait pas un prénom, cette jolie et gentille dame ? Je sais pas... Tout le monde a un prénom, c'est comme pour la peinture, une toile sans nom, on peut pas en parler... C'est un peu comme si elle existait pas. Pourtant, je sais qu'elle existe, parce qu'elle m'a tenue dans ses bras, et qu'elle nous a emmené et que... pfiou. Ca devient compliqué. Hyriel utilise un ton presque moralisateur pour sa question suivante, et je baisse les yeux tout en entortillant mes cheveux au bout de mes doigts. J'ai fais une bêtise ? J'ai beau réfléchir je vois pas... Oh ! Y a peut-être un couvre feu et je devrais pas être dans la rue et... Je murmure à toute vitesse et sur un ton d'excuse.

- Je suis désolé je sais que je devrais pas être ici je suis désolé d'être sortie tu sais Sin il voulait pas que je sorte dans la rue avant qu'il est renontré... heu... Aya... heu... une dame importante de la ville. Je savais pas que je faisais une bêtise, sinon je serai pas sortie vous savez mais je suis resté toute la journée dans la maison et j'ai pas trop pu sortir avant quand j'étais à Livia parce que Sin et Fédérico disait que j'étais en danger, oh je leur ai dit que j'étais pas en danger mais ils voulaient pas me croire alors ils m'ont emmené ici à Firone et Fédérico il est resté à Livia je sais pas trop pourquoi parce qu'il est parti avec nous et tout d'un coup il était plus là mais il va arriver j'en suis sûr Fédérico il va arriver je m'inquiète pas.

Je relevai la tête vers mon "interlocuteur" que je savais pas vraiment s'il avait compris tout ce que je venai de dire.

- Tu m'en veux pas trop ? Parce que je savais pas tu sais, mais j'habite pas loin... Je me retournai pour lui montrer la direction d'où je venais.Là bas. Je peux rentrer très vite, tu sais.

Puis je me retournai vers Hyriel et recommençait à entortiller mes cheveux dans mes doigts d'un air coupable.

- Et toi ? C'est la même dame qui t'a ammené à Firone ? Tu étais en danger aussi ?
Revenir en haut Aller en bas
Hyriel
-Perso Décédé-
BWAAAHH !
-Perso Décédé-BWAAAHH !
avatar


Background
Pouvoirs: Seigneur du Vent
Statut: Ex-Fondateur de Firone
Niveau:
4/4  (4/4)
MessageSujet: Re: Déambulation.   Dim 9 Mai - 3:50

[Pardon pour le retard - même si on n'avait pas fixé de rendez-vous *BAF*]



Ainsi, Aquarelle était venue avec d'autres personnes. Soit, elle n'avait pas cet air ou bien déterminé ou bien désespéré de ceux qui arrivaient à l'enclave pour la première fois, et Firone était peut-être le dernier endroit où on pouvait atterrir par hasard. En revanche, les noms de Sin et Frédérico ne lui disaient rien... bien qu'il avait l'impression d'entendre là des sonorités plutôt familières, il ne parvenait pas à remettre un visage dessus. Quant à cette mystérieuse dame... difficile de faire plus vague, mais Hyriel allait pouvoir pêcher quelques indices dans le flot de paroles qui allait suivre.

La jeune femme se mit à débiter à toute vitesse ce qui ressemblait à des excuses tout en baissant le ton, obligeant l'Aimantaliste à tendre l'oreille pour ne pas se perdre en route. Ainsi, c'était Ayashen qui les avait fait venir ici, elle et ses amis. Seulement, elle ne lui en avait pas parlé, sans doute avait-elle oublié entre tous ce qu'ils avaient à penser et à débattre. Peu importait au final, puisqu'il rencontrait Aquarelle ce soir là.

"Ne t'en fais pas, tu n'as rien à te reprocher ! lança-t-il en accompagnant ses paroles de gestes qui se voulaient rassurants alors qu'elle s'excusait encore. Inutile de rentrer chez toi, sauf si c'est ce que tu veux. Après un court silence, Hyriel se justifia rapidement, pour éviter tout malentendu. Je veux dire, je sais que je ne suis pas d'excellente compagnie, surtout en ce moment. Après une nouvelle pause, il ajouta : Et puis il est tard."

Il tenta un bref sourire qui se voulait sympathique comme elle se retournait vers lui, mais dont la légère mais néanmoins visible crispation ne faisait que confirmer ses derniers mots. Hyriel manquait cruellement de sommeil, et s'il faisait attention à ce qu'il pouvait bien dire à la jeune Alguz, il était conscient que la distance qu'il mettait naturellement entre les gens et lui laissait rarement une bonne impression. Or, le but était d'accueillir la nouvelle arrivante sans l'effrayer.

Cependant, un petit sourire ironique, naturel celui-ci bien que plus discret, vint arquer le coin de ses lèvres au moment où elle l'interrogeait à son tour sur son arrivée à Firone.

"Ayashen ? Oui, on peut dire que c'est à cause d'elle si je suis là. Nous étions tous en danger à ce moment là, mais rassure-toi, ici tu ne crains plus rien. C'est même la raison d'être de cet endroit."

Malgré l'absence apparente d'émotion sur son visage, on pouvait voir au fond des yeux du jeune homme une étincelle de détermination dés qu'il parlait de ce village perdu au milieu du désert. Cependant, il n'avait pas évoqué son implication dans son édification, n'aimant guère s'attribuer ce genre de mérite.

"Si tu veux, je peux te conduire chez Ayashen. J'ai juste une course à faire, et ensuite je pourrais te faire visiter le coin. On peut aussi remettre ça à demain, le voyage a dû être difficile, le Soleil frappait fort aujourd'hui..."

L'Aimantaliste plissait légèrement les yeux, le regard dans le vague, se rassemblant pour ne rien oublier de ce qu'il devait faire avant de pouvoir accorder un peu plus de temps à Aquarelle.


Je suis PAS un Esper ! (Bordel.)
-Hyriel-

Ayashen : Les miennes sont énormes !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Déambulation.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Déambulation.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Déambulation
» Déambulation sous le cynique clair de lune...[PV: Ame]
» Déambulation d'un magicien accompagné par des elfes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Divine Comedy :: HRP :: Les archives :: [Intro] Lorsque la justice avait encore un sens...-
Sauter vers: