AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Métal, vous avez dit métal ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Métal, vous avez dit métal ?   Dim 11 Avr - 2:02

Depuis bien longtemps déjà, les bouges dans lesquels Tara laissait trainer des oreilles depuis la porte d'entrée, parlaient de cet endroit un peu particulier des quartiers qui entourent Livia, avec des descriptifs des plus fantaisistes au plus tordus. Les plus enivrés des clients parlaient de monstres assoiffés de sang y ayant trouvé refuge, les plus anciens parlaient de légendes urbaines dans lesquelles il était fait mention de fantômes errant dans ces ruines métalliques, âmes de soldats tués aux combats ou malfrats exécutés en place publique, tandis que les plus sobres d'entre eux - même si tout un chacun savait parfaitement que ça ne durerait pas longtemps - se contentaient de rire en dévoilant leurs chicots jaunis par le tabac de mauvaise qualité.

Tara était, et est toujours, d'une dangereuse curiosité. Sans compter le fait qu'elle avait entendu bon nombre d'entre eux que peu de personnes s'y aventuraient seuls, situation qui lui convenait parfaitement. De plus, pour arranger les choses, ce cimetière d'épaves en tous genres ne pouvait être que l'endroit idéal pour se procurer suffisamment de métal non seulement pour se fabriquer un coupe-coupe de fortune, mais aussi pour faire un troc nécessaire à sa survie. Dans son quartier, voire même au marché, beaucoup avaient besoin de ces métaux pour se défendre, et ce n'était sûrement pas à Cylardem qu'on en trouvait à chaque coin de rue.

Elle préféra attendre que le jour baisse un peu avant de quitter l'endroit où elle se terrait quasiment en permanence. Elle prit sa cape qui trainait sur le sol, s'en recouvrit les épaules et la tête, dissimula son regard autant qu'elle le pouvait, et se mit en marche la tête rentrée dans les épaules. Sa petite taille et la finesse de sa corpulence lui permit de se frayer un chemin dans la foule qui trainait encore dehors à cette heure tardive, et parvint à quitter le quartier sans avoir besoin d'adresser la parole à qui que ce soit. Ce qui la mit d'une excellente humeur. Tara n'aimait pas parler aux gens, elle détestait devoir dire "pardon" si elle bousculait quelqu'un par mégarde, ou si autrui se mettait volontairement sur son chemin.

La distance à parcourir fut plus longue qu'elle ne le pensait en partant, si bien que lorsqu'elle arriva à destination, il faisait presque nuit. Téméraire comme elle était, ce n'était pas fondamentalement un problème. A la limite, elle resterait peut être dormir sur place. De cette façon, elle y serait encore aux premières lueurs de l'aube, et pourrait poursuivre ses recherches tranquillement. Loin du bruit et de l'agitation de la ville.

L'endroit faisait tout de même froid dans le dos pour qui est un peu couard. Tara stoppa sa marche à l'entrée du cimetière, et contempla les hautes masses sombres entassées les unes sur les autres qui masquaient même le ciel par endroit. Bien sûr, on entendait des bruits curieux mais rien qui, selon elle, ne pouvait être dangereux. Un rat peut être, ou un chat qui courait après son dîner. Son lot quotidien en somme, le bruit et les cris en moins. Une fois n'était pas coutume, tellement satisfaite de sa découverte, elle ôta son capuchon, qui libéra sa crinière brune totalement indisciplinée. A l'aide d'un morceau de ficelle qui trainait dans l'une de ses poches, elle les attacha tant bien que mal, et passa les quelques mèches rebelles derrière ses oreilles. Pour enfin entreprendre son exploration, celle de son nouveau domaine.

Elle fit quelques pas tout en caressant les vieilles carcasses rouillées et grouillantes de bestioles en tous genres, le regard rêveur, pensant déjà aux trésors qu'elle allait pouvoir ramener. Le nez en l'air, elle serpentait dans les différentes allées créées au fil du temps, sans vraiment prendre garde au sol qu'elle foulait, ni à ce qui s'y trouvait. Ébahie comme une gamine qui vient de recevoir un sucre d'orge, elle tirait déjà des plans sur la comète lorsqu'elle repéra, quelques pas plus loin, ce qui ressemblait à une antique carriole dont les roues étaient composées de métal assez épais pour se faire un beau couteau. Ou plutôt une machette. Toute à la joie de sa découverte, elle commença à courir et se prit les pieds dans ce qui devait être un câble, ou une connerie de ce genre. Quoi que ce soit, cela la mit à terre en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire, et comme si ça ne suffisait pas de mordre la poussière, elle ressentit une douleur au tibia qui ne laissait pas beaucoup de doute quant à sa nature. Bien vu, elle s'était fait une belle entaille dont elle ne savait estimer la profondeur, tout en se disant qu'elle devait l'être suffisamment pour saigner autant. Là, ce fut la colère qui prit le dessus. Elle cria aussi fort qu'elle le put, assise sur le sol crasseux et poussiéreux.

"ET MERDE ! Putain, ça commence franchement mal !"

Toujours assise, elle déchira un pan du bas de sa tunique, versa un peu de l'eau qu'elle avait dans sa gourde dessus, et entreprit dans un premier temps de nettoyer le sang, puis ensuite de se faire un bandage. La question qui se posait maintenant, c'était de savoir si elle pourrait marcher, immédiatement suivie d'une autre : sur quelle espèce d'énergumène allait-elle tomber ?
Revenir en haut Aller en bas
Hyriel
-Perso Décédé-
BWAAAHH !
-Perso Décédé-BWAAAHH !
avatar


Background
Pouvoirs: Seigneur du Vent
Statut: Ex-Fondateur de Firone
Niveau:
4/4  (4/4)
MessageSujet: Re: Métal, vous avez dit métal ?   Mer 9 Juin - 0:49

Cela faisait un peu plus de deux heures qu'Hyriel était arrivé aux abords de Livia la Grande. Il s'était approché par le flan Ouest, contournant la ville au large pour rejoindre directement l'Heimdahal à la recherches de quelques reliquats de technologies utiles. L'Aimantaliste, avait laissé son mulet à l'ombre des hautes murailles de la cité ainsi que ses provisions rapidement dissimulées sous l'immense étoffe de lin écru qui avait servi jusque là à le protéger du sable et du Soleil.

S'approchant discrètement de l'entrée de LM, marchant dans le désert tel une meute de un loup en pleine chasse, le jeune homme profita du court laps de temps pendant lequel la vigilance des gardes baissait à cette heure, entre le jour et la nuit : le moment de la relève des Sîns en poste aux portes de la ville.
Après quelques péripéties dignes d'une comédie d'espionnage, Hyriel arriva enfin à pénétrer le Cimetière Industriel, et sa mission ne faisait que commencer !

Ce cueilleur nocturne avait pris soin de dissimuler sa crinière livide sous un bonnet de laine noir, histoire que sa présence ne soit pas visible jusqu'au sommet des hautes tours du temple d'Aile. Pour le reste, il avait choisi un débardeur noir très près du corps, un pantalon anthracite de toile solide, parfait pour crapahuter dans ce genre d'endroit, ainsi que des chaussures de cuir montantes soudées au bas de son pantalon par plusieurs tours d'une bande élastique qui évitait aussi bien aux petits habitants de la décharges d'aller courir le long de ses jambes qu'à l'Aimantaliste de s'accrocher à chaque objet saillant qui dépassait du sol. Enfin, et c'était surement là son accessoire le plus important, il sortait de son sac à dos une épaisse paire de gants de cuir qui lui protégeait même l'avant-bras jusqu'au coude. Désormais, il était paré pour la cueillette.

Au loin, un peu partout dans la décharge en fait, quelques silhouettes aussi discrètes que la sienne parcourrait les débris, les yeux rivés sur le sol, à la recherche de la perle rare. C'était souvent ainsi à la nuit tombée, mais chacun prenait garde de ne pas s'approcher des autres, à l'exception de ceux qui étaient ici dans le but de récolter ce que d'autres avaient passé la nuit à chercher.
Le jeune homme avait beau avoir sur lui la liste de ce que le village recherchait, la pénombre qui envahissait les lieux n'était pas pour l'aider, d'autant qu'il n'était pas nyctalope lui. Peut-être aurait-il mieux fait d'emmener son nouvel ami, Reyn, avec lui ce soir là...

Mais alors qu'il s'apprêtait à entrer dans l'épave d'un camion, un cri, ou plutôt un beuglement se fit entendre. Seulement, à l'inverse de ses "collègues" qui eurent pour réflexe de se terrer dans l'ombre aussitôt, Hyriel se redressa pour voir d'où cela pouvait venir, avant de se raviser et d'imiter les autres chercheurs de trésor.
Seulement, ce hurlement qui ne venait pas de si loin que ça finalement avait piqué sa curiosité, et il se demandait si celle qui avait crié avait pu tomber sur un quelconque piège qui n'était pas désarmé, chose qui pourrait bien lui être utile...
Il s'approcha donc discrètement, restant tout de même à bonne distance pour ne pas être repéré d'entrée de jeu par la blessée, juste au cas où. Et finalement, ce qu'il vit n'avait rien d'inquiétant, du moins rien d'inquiétant pour lui. Le jeune homme ne vit qu'une femme crasseuse et blessée, peut-être un peu plus jeune que lui. Sans un mot, il se redressa et s'approcha de l'inconnue encore assise sur le tas d'immondices qui venait d'achever son bandage de fortune. A priori, elle avait l'air tout à fait inoffensive, si petite et si frêle...
Rejetant son sac sur son dos, Hyriel tendit une main vers l'inconnue pour l'aider à se relever, fixant sa jambe blessée comme pour essayer de voir si elle lui permettrait de marcher. Ses lèvres restaient scellées, comme pour l'inviter à ne pas attirer l'attention davantage, car si les Sins venaient à faire un tour dans le coin, l'Aimantaliste savait qu'il pourrait d'ors et déjà rentrer chez lui sans pousser ses recherches plus en avant.


Je suis PAS un Esper ! (Bordel.)
-Hyriel-

Ayashen : Les miennes sont énormes !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Métal, vous avez dit métal ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Georges Saati, vous avez raison mais ...
» [Inutile] Qu'est ce que vous avez fait hier ?
» Si vous avez du temps à perdre :)
» Vous avez dit couleurs primaires ?
» Vous avez lu l'histoire de Jessie James? - Clyde's links

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Divine Comedy :: HRP :: Les archives :: [Intro] Lorsque la justice avait encore un sens...-
Sauter vers: