AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Quand sauvagerie rime avec vengeance... [Yelene, Asmaa]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Reyn
Garanti sans puces
Garanti sans puces
avatar

Age : 33

Background
Pouvoirs: Transformation en lynx
Statut: Rescapé de Firone
Niveau:
3/4  (3/4)
MessageSujet: Quand sauvagerie rime avec vengeance... [Yelene, Asmaa]   Dim 28 Mar - 23:06

Le temps pressait.

Je marchai d'un pas vif dans les ruelles crasseuse de Cylardem. J'avais entrepris de rallier Livia Maxima deux semaines plus tôt, après près de quatre mois passés à Firone. J'avais un peu perdu la notion du temps là bas, me sentant plus accepté par les autres que je ne l'avais été et me surprenant même à apprécier certaines personnes...

Voire à faire confiance.

La preuve en était que Yelene m'accompagnait. J'avais jugé acceptable le risque de me faire prendre après quatre mois de disparition. Mais je n'avais pas pu prévenir mon oncle et ma tante que j'étais bien en vie, ni dire au revoir à Asmaa. C'était pour cela que j'étais finalement revenu, non sans une certaine appréhension. Je n'avais pas envie d'être attrapé et de me retrouver pendu haut et court sous les crachats de la foule haineuse.

Mais ma famille devait savoir ce que j'étais devenu, je leur devais ça.

Nous nous étions alors rendu jusque chez mon oncle. J'avais senti mon cœur s'arrêter en le voyant ouvrir la porte, le visage émacié, hagard et surtout abattu. Une lueur de joie s'était allumée dans son regard en me voyant et il nous avait fait vite entrer avant de me prendre dans ses bras, rassuré de me savoir en vie. Je lui avait alors présenté succinctement Yelene qui était restée sagement en arrière. J'avais vu le regard de mon oncle s'étrécir en constatant qu'elle était humaine, mais il n'avait fait aucune remarque.

J'avais alors demandé à voir Asmaa...

Et mon oncle s'était effondré en me disant qu'elle avait disparu peu de temps après moi, me pensant mort, comme eux. J'avais lancé un regard à Yelene, un regard coupable. C'était en partie ma faute si elle avait disparu... Elle n'était pas morte à cause des Ailisses, sinon, on l'aurait su. J'avais décidé de partir à sa recherche. C'était ma cousine, mais davantage une sœur. Et Yelene avait insisté pour venir avec moi et m'aider. Je n'avais pas eu la force de refuser : j'avais besoin d'aide et de soutien.

Alors nous nous étions retrouvés dans le quartier mal famé de Livia Maxima. En espérant trouver des indices sur la présence de ma cousine. Je désespérais quand mon ouïe capta une conversation. Je m'arrêtai brusquement et Yelene buta contre moi mais ne dit rien alors que j'étais tendu.

- "Hé Joey, tu assistes au combat ce soir?"

- "Ben oué, y'a l'Alguz qui va se battre..."

- "Celle qui se transforme en berger allemand?"

Je devins livide en entendant ça. Il n'y avait pas 36 Alguzs capables de ça, n'est-ce pas?

- "Ouais, elle va encore morfler la petite, mais c'est marrant de la voir se débattre. Elle se fait un pitbull ce soir."

- "On va rire."

Je jetai un regard à Yelene et elle dut voir quelque chose dans mon expression car elle me prit le bras et m'intima le calme. Mais j'avais du mal à réfléchir en entendant ces horreurs... Asmaa était captive quelque part pour se battre comme une vulgaire chienne...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yelene
Branchée sur secteur
Branchée sur secteur
avatar


Background
Pouvoirs: Maitre de Foudre
Statut: Ex-Gardienne de Firone
Niveau:
4/4  (4/4)
MessageSujet: Re: Quand sauvagerie rime avec vengeance... [Yelene, Asmaa]   Lun 29 Mar - 0:25

Bon quelle idée d'aller trainer dans LM ? Et bien a la base, cela lui avait semblé judicieux, maintenant un peu moins puisque la situation l'obligeait a faire quelque chose que...Bon, de pas très correct. Rejetant ses cheveux en arrière, elle se dirigea vers les deux hommes qui venaient de discuter non sans un avertissement discret au matou.

-Hey ! C'est vrai ce que vous dites ? Y a moyen de parier ?

Bon sang qu'est ce qu'elle jouait bien les potiches friquées et prêtes a tout pour s'encanailler, elle se faisait peur elle même. Evidemment, elle fut jauger, jugée, matée et disséquée, mais apparement, son éducation de petite bourgeoise servait. Enfin, l'un d'eux jugea Reyn avec un coup d'oeil plutôt méfiant. Oula, il fallait faire vite.

-Fait pas a attention a lui, c'est juste mon petit toutou a moi, il est muet comme une carpe. Il faut dire que leur couper la langue peut s'averer très utile n'est ce pas ?

Et vas y qu'elle partit d'un petit rire cruel et dédaigneux du plus bel effet et que les deux espèces de truc pas beaux hochaient la tête en ricanant. L'un d'eux s'approcha et, non sans un coup d'oeil au alentour, murmura :

-T'as l'air de vouloir t'amuser toi ! Tu as ce qu'il faut ?

Bonne question...

-J'ai l'air de manquer de fric ?

En même temps, non, elle n'en avait pas l'air, même si elle avait vécu plus de trois ans pas si loin d'ici. Mais ses vêtements étaient de bonne facture et propre donc...De nouveau, elle croisa le regard porcin du sale type, bien qu'encore un peu méfiant, il ne pouvait résister a l'envie de se faire un beau petit paquet de fric sur le dos d'une pauvre bourgeoise. Par pitié !

-Mouais...

renifla-t-il avant de lui fourer un bout de papier dans la main, non sans l'avoir un poil tripoter juste avant, l'air de rien. Bon, surtout, ne pas lui vomir au visage ! Ne pas lui vomir au visage ! Yelene lui adressa un sourire niais et virvoltant sur ses pieds, s'éloigna d'une démarche chaloupée non sans un.

-Suis moi toi ! J'en ai marre, toujours a la traine, je demanderais a Père de me trouver une autre bestiole si tu continu !

Brrrr...Pourvu que Reyn ne pète pas un fusible et ne lui colle pas une bonne grosse gifle. Elle bifurqua rapidement dans une petite ruelle a droite et déplia le petit bout de papier. Dessus, une adresse, une heure, un mot de passe et les cotes des concurrents...Super. Elle jeta un coup d'oeil a sa montre.

-C'est dans deux heures.

Soupira-t-elle avant de fourrer le papier dans sa poche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asmaa
-Modo-
Ferait tout pour Frolic
-Modo-Ferait tout pour Frolic
avatar

Age : 27

Background
Pouvoirs: Transformation en berger allemand
Statut: Bete de foire
Niveau:
1/4  (1/4)
MessageSujet: Re: Quand sauvagerie rime avec vengeance... [Yelene, Asmaa]   Lun 29 Mar - 1:23

La vie dans Livia Maxima n’était pas toujours facile. Oh, bien sûr, il y en avait toujours pour tirer leur épingle du jeu. Les Ailisses, par exemple, ne pouvaient pas vraiment se plaindre d’avoir une vie difficile. La plupart des humains pouvaient quant à eux tracer leur petit bonhomme de chemin, bon grès mal grés certes, mais au final, il n’avait pas matière à maugréer. Sauf ceux qui vivaient dans Cylardem. Comme tout ghetto qui se respecte, ce quartier de l’unique métropole du monde connu était réputé pour sa mauvaise fréquentation, et ce n’était pas pour rien que ceux qui n’y vivaient pas faisaient tout ce qu’ils pouvaient pour ne pas avoir à y mettre les pieds. Mais bien entendu, quand on pense avoir perdu son grand frère par la faute de l’ignorance et l’intolérance du commun des mortels, on ne réfléchit pas comme tout le monde. A cause d’un coup de folie inspiré par la colère et le chagrin, elle avait vu son monde voler en éclats. A cause d’un excès de bêtise qu’elle ne comprenait plus elle-même, elle mangeait quotidiennement dans une gamelle et ne sortait plus de sa cage que quand ses tortionnaires l’entraînaient où la précipitaient dans l’arène. Elle pensait à sa mère, à son père, sa famille qui n’avait plus de nouvelles d’elle et qui devait la croire morte. Comme s’ils avaient besoin de ça, juste après la disparition de Reyn.

Autour d’elle, des chiens aboyaient. Ils aboyaient sans cesse, de toute façon. Au moindre bruit, ils faisaient savoir qu’ils étaient vivants et que l’intrus responsable de la perturbation sonore risquait de ne plus l’être très longtemps s’il ne partait pas sur le champ. Parfois, la jeune alguz sentait en elle l’envie de les imiter. De déverser sa colère, de ne plus penser à rien sinon à faire plus de bruit que son voisin. Elle l’avait même fait, une fois, pour le plus grand amusement de Blok, son « maître chien ». Il n’avait vu dans l’épisode qu’une preuve que le dressage avançait bien. Plus jamais elle n’avait recommencé.

« Vos gueules, les clebs ! »

Asmaa ferma les yeux, alors que les aboiements ne faisaient que redoubler. Pour une fois, elle était d’accord avec les humains, mais seulement parce que le tapage de ses compagnons d’infortunes lui faisait horriblement mal à la tête. Car ce soir, elle « combattrait » de nouveau. Et comme à chaque fois, elle n’avait pas réussi à dormir convenablement avant de se faire purement et simplement massacrer. Une matraque tapant contre un barreau en fer la fit sursauter, et elle grogna sans même s’en rendre compte.

« Oh, eh, du calme, toi. » lâcha Blok, blasé. « Si tu veux survivre ce soir, t’as intérêt à la boucler. S’tu crois que t’es la seule alguz qui peut servir de bête de foire, tu t’mets le doigt dans l’œil et tu l’ressors par le cul. »

Survivre. Elle ne savait même plus si elle en avait envie. Et pourtant, elle continuait, encore et toujours, certaine qu’il arriverait un moment où elle pourrait s’échapper. Et alors, elle se vengerait. Un par un, elle leur montrerait à quel point ils avaient eu tord de la réduire à moins qu’un animal.

Si Reyn avait pu la voir en cet instant, s’il avait pu déceler la lueur de pure haine qui brilla dans son regard, peut-être aurait-il eu peur, mais il aurait surement été horrifié.

*********

Il y avait foule, ce soir là. On ne se bousculait pas encore, mais au vu du regain d’activité qui avait suivi la capture l’alguz, nul doute que la pratique se rependrait. Oh, pas qu’ils avaient été les premiers à le faire, mais c’était un peu comme les modes : ça venait, ça restait, ça repartait pour revenir un moment plus tard, et ainsi de suite. Pour autant, les entrées étaient encore grandement filtrées. Même si les L ne passaient presque jamais dans le coin, mieux valait éviter d’attirer leur regard sur l’entreprise juteuse qui était en train de se monter. Alors on approchait l’entrepôt désaffecté l’air de rien, on toquait à la lourde porte et on attendait patiemment qu’une voix patibulaire demande agressivement ce qu’on pouvait bien foutre là. Le mot de passe était alors rapidement donné, et on pouvait rentrer sans plus de cérémonie.

Si l’extérieur laissait à désirer, l’intérieur lui valait le coup d’œil. Il avait été spécialement aménagé pour les combats canins, si bien que plusieurs arènes avaient été creusées à même le sol. Pour être sur de ne pas voir les bêtes enragées s’échapper, des murets les entouraient, si bien qu’à moins de pouvoir sauter sur plus de deux mètre cinquante, les chiens étaient obligés de faire ce qu’on attendait d’eux : se battre. Rarement jusqu’à la mort, cependant. Ces guerriers à quatre pattes valaient leur pesant d’or, et les dresseurs préféraient éviter de les perdre.

Pour mieux soutenir les spectateurs zélés, quelques commerces bien utiles s’étaient développés. Ainsi, il était possible d’acheter tout le nécessaire pour dresser efficacement un chien, mais pas seulement. Après tout, ce genre de soirées pouvaient très bien durer une bonne partie de la nuit, et comme on disait dans le métier… « Y a pas d’petit profit. ». Quelques snacks permettaient donc aux fans de se rassasier entre deux combats.

Les combats, d’ailleurs, commenceraient bientôt. L’heure du rendez vous était passée depuis une bonne demi-heure maintenant, et les dresseurs avaient pu mettre à l’aise leur bébé. Apothéose de la soirée, le duel entre Asmaa et le pitbull challenger la clôturerait. Jusqu’à maintenant, jamais la gamine n’avait réussi à en gagner un seul. La faute à une forme animale qu’elle ne maîtrisait pas encore, à une peur qui l’empêchait de réfléchir…

« Ca va commencer dans l’Arène 3. » commenta un habitué à son voisin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reyn
Garanti sans puces
Garanti sans puces
avatar

Age : 33

Background
Pouvoirs: Transformation en lynx
Statut: Rescapé de Firone
Niveau:
3/4  (3/4)
MessageSujet: Re: Quand sauvagerie rime avec vengeance... [Yelene, Asmaa]   Lun 29 Mar - 12:04

Il me fallut fermer les yeux et compter lentement jusqu'à 10 pour ne pas me jeter sur ces deux abrutis et les secouer comme des pruniers pour avoir de plus amples informations. Cela ne servirait à rien qu'attirer l'attention des Ailisses. Je le savais mais si Yelene n'avait pas été avec moi, je pense que je n'aurais pas su résister à la tentation... Mais voilà, la M était là et elle me lança un regard qui me fit me tenir tranquille alors qu'elle s'avançait vers eux avec une assurance qui me surprit.

Malheureusement, la suite de l'échange ne me plut pas. Mais vraiment pas. Sa façon de parler, de se comporter, de me traiter comme un animal me fit serrer les dents et je me forçai à détourner le regard pour ne pas que les deux hommes y voient mon hostilité à l'égard de Yelene et ses paroles. Je comprenais son manège, je savais que c'était nécessaire pour arriver à nos fins, mais cela me blessait.

Parce qu'elle jouait admirablement bien son rôle.

Un peu trop bien d'ailleurs. Comme si cela n'était pas tout à fait de la comédie, mais une réminiscence d'un passé pas si ancien. Elle ne m'avait pas dit grand chose de son passé. Elle avait grandi dans un quartier populaire, voilà tout... Avait-elle eu des Alguzs comme petits toutous? J'avais baissé la tête en signe de soumission, puisque c'était là le rôle qu'elle me donnait. Mais je bouillonnais de colère. Peut-être que je m'énervais trop facilement au fond. Elle ne faisait rien de plus que m'aider. Peut-être que je commençais à ressembler aux Anciens qui étaient davantage animaux qu'humains... Cette simple pensée suffit à doucher ma colère. Peu importe mon amour propre : si je devais être humilié pour sauver Asmaa, alors c'était un prix bien peu élevé.

Yelene termina enfin son petit manège et me demanda de la suivre d'une façon qui me fit frissonner : une vraie gamine gâtée et arrogante. Autant dire que je n'aimais pas du tout cette facette. Je la suivis docilement sans un regard pour les deux types (si je les avais regardé, ils auraient vu une étincelle de meurtre dans mon regard). Nous nous retrouvâmes dans une petite ruelle et Yelene déplia un morceau de papier. Mon silence était quelque peu hostile après son petit numéro, mais nous avions ce qu'il nous fallait. En espérant qu'il s'agissait bien d'Asmaa... Dans le cas contraire, nous sauverions une pauvre gamine exploitée et maltraitée.

- "Bravo, joli numéro de petite bourgeoise friquée et arrogante."

Je regardai par dessus son épaule pour lire les informations avant de grommeler :

- "Et tu peux me dire comment je vais rentrer dans l'arène? Je doute qu'ils te laissent passer avec ta... bestiole. A moins que je ne cache mes quelques attributs et me fasse passer pour humain."

Nous avions deux heures pour trouver un plan... Je ne voyais d'ailleurs pas quel plan adopter à part foncer dans le tas et récupérer Asmaa. Ce qui risquait d'être suicidaire...

- "Le combat aura lieu de nuit... Tu saurais créer un court circuit? Dans le noir, ils seront aveugles... Pas moi."

Si Yelene faisait sauter l'électricité, cela plongerait tout le monde dans la confusion... Et moi, je n'aurais plus qu'à me glisser jusqu'à Asmaa et l'emmener avec moi... Si tant est qu'elle n'était pas enchainée. Donc, je devrais le faire alors qu'elle était jetée dans l'arène... Face à un molosse dressé pour tuer. Nous allions devoir agir vite... et moi, me préparer à tuer l'autre chien avant qu'il n'attaque Asmaa et ne la réduise en miettes...

- "Je te laisserai parler. Tu es bien plus douée que moi."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yelene
Branchée sur secteur
Branchée sur secteur
avatar


Background
Pouvoirs: Maitre de Foudre
Statut: Ex-Gardienne de Firone
Niveau:
4/4  (4/4)
MessageSujet: Re: Quand sauvagerie rime avec vengeance... [Yelene, Asmaa]   Lun 29 Mar - 14:40

Yelene jeta un coup d'oeil rapide au matou qui grinçait allégrement des dents. Ok, il avait gardé son sang froid mais apparement il n'avait pas apprécié sa petite comédie, même si c'était pour la bonne cause.

-Tu avais une autre idée peut être ? Je sais très bien que ce n'était pas très plaisant, mais sans ça, on aurait rien eut.

Rétorqua-t-elle en secouant le petit bout de papier. Elle soupira.

-Je ne sais pas, je n'ai jamais assisté a ce genre de...truc. Mais je sais que pas mal de jeunes des beaux quartiers venaient s'y présenter histoire de tromper leur ennui, j'adorais les delester, mais hormis ça, je ne sais pas si ils viennent accompagnés ou pas.

Elle leva un regard critique sur Reyn, ouais mais...Cacher ses oreilles allait poser problème, elles trop voyantes pour ça.

-Là je sèche. A part t'acheter un collier et une lesse histoire de compléter le tableau.

Admit-elle en secouant légèrement la tête, non elle ne voyait pas comment elle pouvait le faire rentrer a moins qu'il ne soit accepté mais elle en doutait un peu. Et puis Reyn ne pourrait jamais faire le gentil toutou a sa mémé, sage et soumis, il avait les yeux un poil trop expressifs pour ça. Elle se frotta légèrement la tempe du bout des doigts.

-Mmh..Il doit y avoir plusieurs entrées aussi, le soucis est que si un garde disparaît, ça va se voir, par contre, effectivement, si je plonge tout le monde dans le noir, ça créera un mouvement de panique dont on pourra profiter.

Reprit elle songeuse en se tapotant la lèvre. Finalement, elle hocha la tête.

-On va faire comme ça, oui. Tu n'auras plus qu'a entrer, récupérer ta soeur et...Il faudra voler des chevaux et ne pas trainer. Quoique je doute que l'on fasse appelle aux L pour récupérer un Alguz de combat, mais pour trucider un M, ils le feront sans problème.

Parce que de eux trois, se serait elle la cible a abattre...Enfin, ça lui permettrait de faire diversion si ça tournait au vinaigre, au pire, elle pourrait toujours trouver refuge dans les égouts, le temps que ça se tasse, c'était un endroit qu'elle connaissait bien après tout.

_____________________________________

S'introduire dans l'entrepot avait été un peu plus difficile de prévu, mais elle avait fini par y mettre les pied et....ça puait. Voilà, c'était le premier truc qui lui venait a l'esprit, ça puait. Yelene fronça le nez et se décida a déambuler sur place, histoire de se fondre dans la masse. Le pire serait de se faire repérer, donc, avoir l'air sur de soi, faire semblant de savoir où on allait et croiser les doigts. Elle chopa un murmure au passage...Arène 3...Euh...C'était où ça ? Enfin, Reyn avait l'odorat pour lui, même avec la foule, il arriverait bien a se faire un chemin jusqu'à sa soeur. Yelene avait beau parfaitement jouer la comédie, elle ne se sentait pas forcément a l'aise. Le regard en apparence blasé, elle parcourait l'endroit des yeux avant de tomber sur ce qu'elle cherchait. Un magnifique transformateur artisanal ! Alors si elle provoquait une surcharge, toutes les ampoules grilleront sur place, et même si un générateur de secours se trouvait là, il ne pourrait rien faire. Oui, voilà, elle allait faire comme ça. Déambulant l'air de rien au milieu de la foule de parieur et autres, elle s'approcha petit à petit et finit même par se poster a quelques centimètres. Un dernier regard autour d'elle, elle posa une main désinvolte dessus et patienta jusqu'à ce que le combat soit lancé...Enfin, il faudrait faire vite quand même ! Reyn ne serait pas le seul « animal » dans les parages, manquerait plus qu'ils se retrouvent avec une horde de pitt bul aux fesses tiens ! Elle était en train de se demander si cela allait marché quand on annonça avec emphase le prochain combat. Berger allemand contre Pitt bul...Ah oui, c'était magnifique de fair play tiens. Yelene sera quelque peu les dents et se concentra lentement, saisir les moindre ramifications des courants qui parcouraient le transformateur ne lui prit que peu de temps, derrière ses paupières closes, elle pouvait en contempler la carte, c'était quelque chose de fascinant et de terrifiant en même temps. Elle devait juste ajouter sa propre puissance et liberer une énergie suffisament forte pour qu'elle subjugue le réseaux en place...C'est ce qu'elle fit et, bientôt, le toit du hangard se transforma en magnifique feu d'artifice au fur et à mesure que les ampoules explosaient...Attention aux poils roussis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asmaa
-Modo-
Ferait tout pour Frolic
-Modo-Ferait tout pour Frolic
avatar

Age : 27

Background
Pouvoirs: Transformation en berger allemand
Statut: Bete de foire
Niveau:
1/4  (1/4)
MessageSujet: Re: Quand sauvagerie rime avec vengeance... [Yelene, Asmaa]   Lun 29 Mar - 15:32

A cause du bruit provoqué de la foule, à cause de l’anxiété compréhensible, à cause de tout cela et de bien d’autres choses, il n’était pas étonnant que la jeune aimantaliste n’ait pas parfaitement compris l’annonce faite par le biais des hauts parleurs crachotants. Surtout que pour éviter de rameuter trop de monde, le volume sonore n’était pas à son maximum. Ainsi le « Le combat qui opposera notre berger allemand national à son pit-bull de challenger débutera bientôt, mais avant, place au prochain combat ! » avait toutes les chances d’être mal interprété. La première ampoule à sauter arracha des jappements et des cris de surprise mêlés, et une relative panique submergea l’entrepôt.

« Du calme, c’est… » cracha le haut parleur avant de rendre l’âme à son tour.

Dans sa vigie, le freluquet chargé de la com’ lâcha son micro avec un soupir désabusé, se leva et parti à la recherche d’une lampe torche. Comme quoi, les technologies les plus simples étaient encore les plus fiables.

« Ca va rendre dingue les clebs… Pas bon pour les recettes, ça. Et c’est moi qu’on va accuser. Pffff… Ah, v’la ! » marmonna-t-il jusqu’à trouver, enfin, de quoi éclairer son chemin.

Sortant de sa tour, il prit la direction du transformateur. Ca ressemblait un peu beaucoup trop à du sabotage à son gout, et il n’aurait pas été étonné de voir une source électrique branchée sur son précieux bébé. En ces temps troublés, le respect envers la machine se perdait à une vitesse folle.

*********

Asmaa n’était pas gardée dans la pièce principale de l’entrepôt, mais dans une pièce annexe. Les chiens étaient entassés contre un mur, et ils pouvaient ainsi regarder toute la journée le bureau qui leur faisait face. Un bureau que la jeune alguz avait appris à détester car c’était sur ce dernier que son maître-chien organisait ses rencontres. On lui avait aménagé une place spéciale dans un chenil tout ce qu’il y avait de plus banal, réunissant quatre cages en une histoire qu’elle puisse bouger un minimum. La clé de sa liberté pendait à la ceinture de Blok, devenu célèbre dans le milieu ; et riche, par la même occasion, ce qui n’était pas pour lui déplaire.

« Bordel, c’quoi ça encore ? » s’exclama-t-il alors que l’unique ampoule explosait, les plongeant lui et ses canins amis, qui se firent un plaisir de manifester leur désapprobation avec force d’aboiements, dans l’obscurité. « Vos gueules ! »

Asmaa sentit son cœur tambouriner dans sa poitrine. Avec de la chance, cette panne perturberait assez le déroulement de la soirée pour annuler son combat. Rampant vers les barreaux de sa cage, elle tenta de discerner quelque chose, gardant le silence afin d’éviter de s’attirer les foudres de Blok.

« Rah, j’en ai marre. Y a rien qui s’passe comme prévu dans c’te jungle. Eh mais, qu’est-ce… »

L’homme se tourna vers la porte alors que celle-ci s’ouvrait, et Asmaa l’imita avec un temps de retard. Qu’est-ce qui se passait, à la fin ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reyn
Garanti sans puces
Garanti sans puces
avatar

Age : 33

Background
Pouvoirs: Transformation en lynx
Statut: Rescapé de Firone
Niveau:
3/4  (3/4)
MessageSujet: Re: Quand sauvagerie rime avec vengeance... [Yelene, Asmaa]   Lun 29 Mar - 22:52

Nous y étions... Dans cet entrepôt sordide qui sentait mauvais. Mon odorat était agressé de partout : alcool, transpiration, odeurs diverses et variées d'urines et autres choses moins nommables... C'était difficilement supportables. Et je me demandais comment j'allais réussir à repérer Asmaa dans cette foule et cette puanteur. J'étais nerveux. vraiment nerveux, même si je ne le montrais pas. Mon estomac faisait des bonds et mes nerfs étaient tendus à craquer. Je jetais de fréquents coups d'œil à Yelene, attendant son signal pour me mettre à la recherche de ma cousine.

Et soudain, je vis qu'elle se dirigeait vers le générateur. Parfait. Je fermai les yeux un instant alors que j'entendais la première ampoule claquer. Il me fallait trouver Asmaa et très rapidement... Surtout que je culpabilisait de mettre Yelene en danger. Elle avait eu raison toute à l'heure : si on se faisait attraper, elle risquait gros, plus que nous même. J'aurais du lui dire de se sauver et de me laisser me débrouiller, mais j'avais besoin d'elle...

L'arène 3... J'étais à côté et ce n'était pas Asmaa qui se présentait. Merde... Ce n'était pas le bon combat. Un instant dépité, je décidai de me reprendre et d'observer les alentours. Des gens couraient depuis une porte plus loin... Une arrière salle. Des chiens aboyaient d'ailleurs, maintenant que j'y faisais attention. Souple comme un chat, je me faufilais dans la masse mouvante. Je n'étais qu'une ombre pour les autres, peu habitués à l'obscurité.

J'ouvris finalement la porte et clignai des yeux avant de voir les cages... et mon cœur fit un bond quand je vis Asmaa, réduite à l'état d'animal. il y avait un homme dans la pièce, qui râlait après la panne de courant. Je ne lui laissai pas le temps de se ressaisir et me ruai sur lui, le plaquant violemment contre le mur, la main sur sa gorge. Ce coup le sonna et il s'écroula. J'y étais allé peut être un peu fort. Bah, il n'avait eu que ce qu'il méritait.

Je m'approchai alors de la cage d'Asmaa et m'accroupis à sa hauteur. Elle était pitoyable et il y avait une lueur de sauvagerie dans son regard que je ne lui avais jamais connu. Et son état physique n'était pas des plus mirobolants. Mais je n'avais pas le temps de m'apitoyer sur elle. Plus tard.

- "Asmaa, où sont les clés?"

J'avais des griffes, mais pas capables de scier des barreaux. Elle qui me croyait mort, j'espérais qu'elle aurait la présence d'esprit de me répondre et de ne pas me regarder comme un fantôme...

- "Asmaa, il faut faire vite, la diversion ne durera pas éternellement."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asmaa
-Modo-
Ferait tout pour Frolic
-Modo-Ferait tout pour Frolic
avatar

Age : 27

Background
Pouvoirs: Transformation en berger allemand
Statut: Bete de foire
Niveau:
1/4  (1/4)
MessageSujet: Re: Quand sauvagerie rime avec vengeance... [Yelene, Asmaa]   Lun 29 Mar - 23:58

S’il y avait une chose qu’Asmaa avait toujours envié à son frère, c’était bien sa vision nocturne. A l’inverse, elle-même n’avait pas une vue des plus performantes, et alors qu’elle était privée de lumière, elle était comme aveugle. Elle entendit quelques bruits étouffés, un corps qui s’effondre et puis… plus rien. Grognant par reflexe, elle s’éloigna des barreaux, au cas où. La vie ne lui ayant pas fait de cadeau, elle n’espérait pas une seule minute que le nouveau venu soit un quelconque sauveur. Sauf que… Son nez capta quelques fragrances qu’elle aurait reconnues entre mille, et elle sentit son cœur s’arrêter de battre.

C’était impossible. Irréel. Incroyable. Et d’ailleurs, elle n’y croyait pas. Elle était en train de rêver, tout simplement. Il ne pouvait pas être là, et pour une raison simple et terrible : il était mort. Et pourtant, c’était son odeur que son nez captait.

Elle ne bougea pas, véritable statue de chair et de sang que la surprise avait figé. Elle avait envie de se ruer sur les barres métalliques qui la retenaient prisonnière, de se jeter contre elles jusqu’à ce qu’elles cèdent, d’hurler le nom de son frère, de l’appeler à l’aide, mais elle n’en faisait rien. Elle avait peur, d’être déçue, de se rendre compte que tout cela n’était qu’un rêve. D’une certaine façon, elle était persuadée qu’elle allait bientôt se réveiller. A moins que… Peut-être était-elle morte contre le fameux pit-bull, et qu’elle ne s’en souvenait pas ? Elle était perdue, tout simplement, totalement déboussolée et sans point de repère.

Une ombre se présenta face à l’entrée de sa cage, et elle crut que son corps allait exploser. D’aussi prêt, il n’y avait aucun doute possible, elle ne pouvait plus croire à un songe. Son odeur était exactement comme elle s’en souvenait. Il l’appela et elle reconnut sa voix, sans doute possible. Il lui demanda où se trouvait les clés. L’instant d’avant, elle le savait, mais alors qu’elle se retrouvait face à ce qu’elle pensait être un défunt, elle n’arrivait plus à réfléchir.

« R… Reyn… ? » bégaya-t-elle, sans parvenir à y croire.

Et il était clairement audible qu’elle n’y croyait pas elle-même. Elle commença à s’approcher, humant toujours l’air, s’enivrant de cette présence rassurante, respirant cette odeur qu’elle connaissait par cœur et dont elle avait cru la source disparue à jamais. Seulement, l’alguz ne semblait pas vouloir goûter à la joie des retrouvailles, trop pressé de mettre le plus de distance entre cet endroit morbide et sa personne… ce qu’Asmaa pouvait très aisément comprendre. Il affirma que la diversion ne durerait pas éternellement, et elle comprit qu’il était le responsable de la brusque baisse de luminosité.

« Je… Je ne sais pas… Blok doit les avoir… » Elle tourna la tête vers l’endroit où elle supposait le corps de son tortionnaire étendu. « C’est l’homme que tu as assommé. » ajouta-t-elle quand elle se rendit compte que son affirmation ne devait pas l’aider.

Passant une main dans ses cheveux, elle attrapa les barreaux de l’autre et approcha son visage jusqu’à les toucher, cherchant à voir son visage. D’une certaine façon, alors que son odorat et son ouïe lui criaient qu’elle était bien face à celui qu’elle considérait comme son frère, son esprit n’arrivait pas à assimiler l’information.

« Reyn, c’est impossible, qu’est-ce que tu fais là ? J’étais sûre que tu étais mort… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yelene
Branchée sur secteur
Branchée sur secteur
avatar


Background
Pouvoirs: Maitre de Foudre
Statut: Ex-Gardienne de Firone
Niveau:
4/4  (4/4)
MessageSujet: Re: Quand sauvagerie rime avec vengeance... [Yelene, Asmaa]   Mar 30 Mar - 13:52

Elle ne savait pas comment elle avait fait pour rejoindre les cages sans se casser la figure au moins dix fois. Il régnait un noir d'enfer et, quand elle avait vu une lampe de poche se diriger vers le transformateur, elle avait déguerpit. De toute manière, l'homme ne pourrait rien faire, elle avait prit soin de tout griller a l'intérieur. Donc il était désormais inutilisable. Le seul problème c'est que cela ne pouvait pas passer pour un accident, alors ils avaient plutôt interêt a se dépécher.

-Reyn ! Faut se...Aaah..

Ben voilà, elle venait de buter sur un corps allongé en travers du passage et de s'étaler par terre.

-Aïe.

Jura-t-elle en se frottant le poignet. Mais elle n'avait pas le temps de s'appitoyer sur elle, ils ne pouvaient pas se payer le luxe d'attendre plus longtemps. En se relevant, sa main buta sur un anneau métalique et au bruit que cela fit, elle comprit que c'était un trousseau de clés. Elle s'en empara et avança a tatons, elle n'y voyait pas grand chose, mais elle pouvait tout de même distinguer la silhouette de Reyn, elle lança le trousseau dans sa direction.

-C'est ça que tu cherche ? Depechons nous, on verra tout de suite que la coupure d'electricité n'est pas naturelle.

Elle se mordilla l'ongle de l'index en se disant que si on leur tombait dessus, ils étaient dans une mouise immonde. Au pire, ils sauraient se défendre, mais déchainer l'orage en plein milieu de LM n'était pas la meilleure chose a faire du tout. Elle piétinait sur place. Bon sang ! Ils auraient du voler les chevaux avant de venir !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reyn
Garanti sans puces
Garanti sans puces
avatar

Age : 33

Background
Pouvoirs: Transformation en lynx
Statut: Rescapé de Firone
Niveau:
3/4  (3/4)
MessageSujet: Re: Quand sauvagerie rime avec vengeance... [Yelene, Asmaa]   Mar 30 Mar - 15:42

Difficile de ne pas céder aux joies des retrouvailles, mais le fait que nous risquions à tous moments d'attirer les regards et de nous faire prendre en chasse venait quelque peu gâcher ce moment. Je me promis de prendre Asmaa dans mes bras dés que nous serions en sécurité. Mais pas avant, nous ne devions pas ruiner nos efforts par excès de sentimentalisme. Je compris à sa voix qu'elle ne croyait pas à ce qu'elle voyait, sentait et entendait. Elle m'avait cru mort, comme mon oncle et ma tante et me voir réapparaitre dans cet enfer avait de quoi la surprendre, mais elle devait se reprendre très vite.

C'est pourquoi je la pressai malgré moi, cherchant les clés de sa cage. Je tournai la tête vers l'homme qu'elle m'indiqua plus ou moins et sifflai de colère : ainsi c'était cette brute qui l'avait enfermée là et se servait d'elle? j'allais peut-être finir le travail et l'égorger finalement, il ne méritait que ça. Pourtant, je ne le fis pas et regardai de nouveau Asmaa alors qu'elle s'approchait des barreaux et collait son visage contre la froideur du métal, incrédule. Faisant fi de mes principes, je passai la main à travers les barreaux et caressai doucement le visage de la jeune fille, pour la rassurer et lui prouver que tout ceci était bien réel.

- "Je suis plus coriace que ça. Je suis désolé de ne pas avoir donné de nouvelles plus tôt, Asmaa. Tellement désolé."


Si je l'avais fait, elle ne serait pas dans cette cage... Quoiqu'elle avait disparu peu de temps après moi, aurais-je eu le temps de les prévenir? Un bruit me fit tourner vivement la tête et sortir les griffes, mais je me détendai alors que le fragrance de violette de Yelene me parvenait. La pauvre n'y voyait rien et, naturellement, elle s'étala en trébuchant sur le corps de Blok. Je me levai à moitié pour aller la rejoindre quand je l'entendis fouiller le corps et qu'un bruit métallique caractéristique me parvint. J'attrapai au vol le trousseau de clés et me mis à chercher la bonne. Un cliquetis se fit entendre et la cage s'ouvrit, triomphalement. Je m'emparai alors de la main d'Asmaa, si froide et si petite entre mes doigts.

- "Allez, il va falloir faire un dernier effort pour sortir de là."

Et ce serait probablement l'étape la plus difficile...

- "Yelene, passe derrière moi, tu n'y vois rien et Asmaa non plus."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asmaa
-Modo-
Ferait tout pour Frolic
-Modo-Ferait tout pour Frolic
avatar

Age : 27

Background
Pouvoirs: Transformation en berger allemand
Statut: Bete de foire
Niveau:
1/4  (1/4)
MessageSujet: Re: Quand sauvagerie rime avec vengeance... [Yelene, Asmaa]   Mar 30 Mar - 22:12

Le sifflement admiratif du responsable com’ n’était absolument pas feint. Et pour cause, on ne voyait pas ce que ses yeux voyaient tous les jours. Un transformateur complètement foutu, victime d’un survoltage pas banal, complètement grillé de l’intérieur. C’était à peine si la machine n’était pas retournée à l’état liquide…

« Putain la vache. » lâcha-t-il, continuant à examiner les dégâts.

Mais un coup d’œil suffisait pour comprendre que tout l’ensemble était à remplacer, et non à réparer. Comme la plus part des ampoules. Certains allaient gueuler, on les entendrait jusqu’à Hisgard.

« C’pas du travail de lopette, ça c’clair. »

Un sabotage dans les règles, comme on en voyait plus. Un sabotage irréel, il avait beau être expert en la matière, il ne voyait pas comment on avait pu faire ça discrètement. Fallait un putain de générateur quand même pour parvenir à un tel résultat. En gros, de la technologie high-tech, et même high-high-tech. En gros, deux solutions : L ou M. Et dans les deux cas…

« Les gars, on a un problème ! » hurla-t-il.

*********
La jeune Asmaa regardait son frère, les yeux agrandis, le regard hagard. C’était impossible, irréel, et pourtant, c’était là, juste devant elle. Son frère la pressait, de crainte de voir des gardes débouler dans la pièce, et elle parvint à oublier ses doutes et à se concentrer assez sur sa question pour lui répondre. Blok… Il était là, étendu au sol, vulnérable. Incroyablement vulnérable. Mais alors qu’elle s’était promise qu’à la moindre occasion, elle lui sauterait dessus et se vengerait de quatre lunaisons d’exploitation, elle le chassa de son esprit sans la moindre peine. Car un fantôme lui faisait face, représentation fidèle aux cinq sens de ce qu’il avait été. Elle se colla aux barreaux qui la retenaient prisonnière, avide de retenir cette émanation du passé… et cette improbable réalité du présent. Car il était bien réel, ce n’était pas une folie de son cerveau fatigué et stressé. Elle ferma les yeux un instant et retint ses larmes quand il toucha sa joue.

« Coriace, oui… » balbutia-t-elle, la gorge nouée. « J’aurais du le savoir. »

La venue de Reyn était inattendue, inespérée, et elle bouleversait tout le reste. D’un seul coup, l’horizon s’éclaircissait, et l’espoir violent de sortir de ce cauchemar submergea tout le reste. Plus de surprise, plus de peur, plus de douleur, plus de fatigue. Juste de l’espoir et de l’adrénaline.

« Pitié, sors moi de là. »

Un appel, un bruit sourd et une plainte multiplièrent au centuple les battements de son cœur, alors qu’elle voyait déjà ses tortionnaires venir en nombre pour l’empêcher de s’enfuir. Et cela, elle ne pouvait pas l’accepter. Que l’évasion à peine débutée échoue, et elle doutait d’y survivre. Elle grogna, comme un animal, tentant d’intimider ce qu’elle pensait être un dresseur de chien. Un grognement sourd, haineux, lourd de menaces, mais étouffé par la peur. Car elle avait déjà émit de tels sons face à Brok, et la punition avait toujours été à la hauteur de l’affront. Douloureuse. Elle ne tint pas compte du soulagement palpable qu’éprouva Reyn quand il reconnut l’intruse. Elle ne la voyait pas, mais elle n’en avait pas besoin. L’odeur suffirait, amplement.

Si Asmaa avait su qui était réellement cette femme, si elle avait su que son frère lui devait la vie, et si elle avait su qu’elle risquait la sienne pour elle alors qu’elles ne se connaissaient même pas, surement aurait-elle agi différemment. Mais après avoir été traité comme un animal par les humains, après avoir été jetée dans une arène pour le plaisir d’hommes et de femmes qu’elle aurait très bien pu croiser dans la rue alors qu’elle était encore libre, quelque chose s’était brisée en elle, et elle ne gardait pour le genre humain dans sa globalité que haine et rancœur. Cela, Reyn ne le comprendrait sans doute pas… Tout comme il ne comprendrait pas ce qui allait suivre.

Il pensait sans doute qu'elle aurait du mal à descendre de son perchoir, mais c'était sans savoir que l'instinct et la vengeance avaient pris le pas sur la raison. Cette humaine n'était, à ses yeux, qu'une ennemie. Et pourquoi en aurait-il été autrement ? Elle était un danger pour elle et surtout pour son frère qui avait tout risqué pour venir la chercher. L’idée qu’il finisse à son tour dans une cache comme la sienne lui était insupportable. Aussi, dès que l’ouverture fut assez grande, elle lâcha la main qu’elle avait tenue comme si sa vie en dépendait et jaillit hors de sa prison. Sentant plus qu’anticipant la folie de celle qu’il voulait sauver, Reyn parvint à la retenir, et la surprise de sa cousine s’entendit par le biais de son jappement, proche du couinement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yelene
Branchée sur secteur
Branchée sur secteur
avatar


Background
Pouvoirs: Maitre de Foudre
Statut: Ex-Gardienne de Firone
Niveau:
4/4  (4/4)
MessageSujet: Re: Quand sauvagerie rime avec vengeance... [Yelene, Asmaa]   Mer 31 Mar - 1:03

Yelene poireautait a l'entrée, enfin, a quelque mètres, portant son poids sur un pied, puis sur l'autre. Derrière elle cela s'agitait, mais elle ne comprenait pas pourquoi, une chose était sure, il fallait se sauver et vite. Elle entendit la cage s'ouvrir et soupira de soulagement, au moins, ils n'auraient pas a la forcer ce qui les aurait ralentit sérieusement. Elle sentait l'anxiété montée en elle, les battements de son coeur s'accélérèrent devant la poussée d'adrénaline qui s'imprimait dans son sang.

-Depêche toi.

C'était presque une supplique, parce qu'elle n'aimait pas l'agitation qui commençait a gronder tout autour d'eux. Un grognement retentit et, par reflexe, Yelene fit un pas de coté, pensant se trouver a côté d'une cage.

-Y a un toutou en colère, Reyn.

Non, elle ne parlait pas de la jeune fille responsable du grondement, mais plutôt de ce qu'elle imaginait comme un gros pitt bull écumant de rage qui, pensait elle, se trouvait trop prêt d'elle. Oh bon sang, il fallait sortir de ce qui promettait un enfer si ils ne se depêchaient pas ! Un couinement lui parvint et les ombres bougèrent. Le jeune homme lui dit de se placer derrière lui, chose qu'elle fit aussi sec, trop contente de s'éloigner des cages qu'elle imaginait pleine de monstres, la gueule béantes et pleines de crocs.

-Essayons de sortir avec la foule et prions pour que...

Elle n'eut jamais le temps de finir sa phrase. Une vague de snobinards en panique la poussa dans le sens opposé a Reyn et sa soeur. Merde ! Elle tenta bien de traverser a contre courant, mais c'était peine perdue. Bon ben...Elle se laissa emporter par la vague jusqu'à une sortie qui fut littéralement prise d'assaut. Encore une chance qu'elle ne fut pas jetée a terre et piétinée tiens !

Une fois a l'air libre, elle jeta des coup d'oeil anxieux autour d'elle. Mince ! Où était passé Reyn ? Un type large d'épaule la bouscula brutalement et elle se retint de lui faire sentir son mécontement. Ce n'était pas le moment...Il fallait qu'elle fasse le tour du batiment et qu'elle prie pour tomber sur ses compagnons perdus en route ! A moins que Reyn ne parte sans l'attendre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reyn
Garanti sans puces
Garanti sans puces
avatar

Age : 33

Background
Pouvoirs: Transformation en lynx
Statut: Rescapé de Firone
Niveau:
3/4  (3/4)
MessageSujet: Re: Quand sauvagerie rime avec vengeance... [Yelene, Asmaa]   Mer 31 Mar - 22:27

C'était difficile de ne pas savourer ce moment, de rester insensible à sa détresse. Sa supplique me toucha droit au cœur. Pitié, sors moi de là... c'était un appel déchirant.

- "Je vais te faire sortir As', fais moi confiance, ce sera bientôt fini."

Yelene me lança alors les clés, que je saisis au vol et je me fis un devoir d'ouvrir la cage de ma petite sœur, lui tendant une main pour l'aider à en sortir. Sauf qu'elle me lâcha et se rua subitement en dehors de la cage, comme une animal enragé. Par réflexe et peut-être par instinct, je la rattrapai au vol et la ceinturai contre moi. Sa réaction violente était dirigée contre Yelene et je me raidis en entendant celle ci parler de toutou en colère.

- "C'est Asmaa."

J'avais répondu d'une voix faible, avant de chuchoter furieusement à cette dernière :

- "Que tu sois en colère contre les humains, je le comprends parfaitement, mais Yelene est une amie et sans elle, je ne serais plus là! Sans même te connaitre, elle a accepté de m'aider à te sortir de là, alors un peu de reconnaissance."

Je la tins encore un peu avant de demander :

- "Je peux te lâcher?"

Quand je fus certain qu'elle se tiendrait tranquille, je la lâchai. Elle vint se coller à moi, non sans regarder Yelene en chien de faïence, comme si c'était sa pire ennemie. Je me retins de soupirer : Asmaa était devenue si sauvage... J'aurais aimé qu'elle conserve son innocence, mais ces brutes la lui avaient volé sans pitié. Je sentais mon sang bouillonner dans mes veines : j'avais envie de les punir pour ce qu'ils lui avaient fait. Mais cela aurait été signé notre arrêt de mort.

Je pris les choses en main en demandant aux deux femmes de me suivre. Chose facile à dire, mais pas à faire. Si je tenais Asmaa par la main, ce n'était pas le cas de Yelene et elle, elle ne dominait pas la foule comme moi, si bien que nous fumes séparés. Et merde... Mais je ne pouvais pas partir à sa recherche, il fallait sortir de là à tous prix et j'espérais que Yelene allait le comprendre. Il fallait trouver une sortie et vite. Qu'il fasse noir nous aidait à nous fondre dans la foule... Je serrais la main d'Asmaa dans la mienne à la broyer...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asmaa
-Modo-
Ferait tout pour Frolic
-Modo-Ferait tout pour Frolic
avatar

Age : 27

Background
Pouvoirs: Transformation en berger allemand
Statut: Bete de foire
Niveau:
1/4  (1/4)
MessageSujet: Re: Quand sauvagerie rime avec vengeance... [Yelene, Asmaa]   Mer 31 Mar - 23:26

Asmaa ne comprenait pas. L’espace d’un instant, elle avait quitté le sol, s’élançant sur l’inconnue avec une seule idée en tête : mettre fin au danger qu’elle représentait. Seulement voilà, une étreinte impérieuse l’avait stoppée en plein vol. Impérieuse, et pourtant bien plus attentionnée que ce qu’elle avait pu connaître ces dernières lunaisons. Cela ne l’empêcha pourtant pas de se débattre, sans réel succès, mais elle se figea quand elle comprit enfin qui la retenait prisonnière.

« Lâche m… » commença-t-elle, avant de se raidir en même temps que l’alguz lynx. Toutou en colère… Un nouveau grognement naquit au fond de sa gorge, alors qu’elle tournait la tête vers la source de ce nouveau mépris.

Seulement, encore une fois, Reyn la prit de vitesse. Il apprit à la dénommée Yelene que l’origine du son qu’elle avait entendu n’était pas animale, avant de se concentrer sur Asmaa. Le savon qu’il lui passa fit mouche, et doucha instantanément sa colère. Son regard passa rapidement de son frère à l’inconnue, de l’inconnue à son frère, teinté d’incompréhension et de peur. Car elle ne comprenait pas tout, à commencer par son affirmation. « Sans elle, je ne serais plus là. ». Cela voulait-il dire que l’alguz lui devait la vie ? L’idée même qu’un humain sauve la vie d’un membre de sa race était devenue absurde. Il devait se tromper. Pire, elle devait le manipuler, d’une façon ou d’une autre. Cette simple idée raviva sa colère, mais quand il lui demanda s’il pouvait la lâcher, elle opina du chef, vaincue.

Car plus que tout, elle désirait s’enfuir.

Dès qu’elle fut libre, elle se plaça non pas derrière mais aux côtés de Reyn, désireuse de le protéger. Il était venu pour elle, et elle ne supportait pas l’idée qu’il puisse lui arriver quelque chose par sa faute. Car si Asmaa s’était retrouvée dans une cage, c’était uniquement à cause de son inconscience, et il n’avait pas à payer pour un moment de folie qu’elle avait amèrement regretté par la suite. L’odeur de violette empestait son flair, mais elle tâchait de l’ignorer, faisant son possible pour se tenir le plus éloignée possible de Yelene sans pour autant avoir à lâcher la main de son frère. Ce fut d’un seul coup plus facile quand le brouhaha remplaça le silence inquiétant de sa geôle. Un déluge de sensations agressa ses sens, alors qu’elle courait pour quitter un enfer qu’elle n’aurait jamais du visiter. Ils tentèrent de se fondre dans la foule, et grand bien leur en prit car l’humaine ne parvint pas à les suivre et la désormais ancienne chienne de combat se rendit compte avec soulagement que la fragrance agressive s’éloignait. Etrangement, cette perte sembla mettre mal à l’aise l’aîné qui serra d’autant plus fort la main de sa cadette. Elle n’allait cependant pas s’en plaindre, car même s’il lui faisait légèrement mal, au moins lui prouvait-il qu’il était réel.

Sentir le vent frais fouetter son visage, même grandement filtré par la foule qui la dominait sans peine, fut un véritable choc pour la jeune femme qui n’était pas sortie de son entrepôt depuis plus d’une centaine de jours. Elle lança un regard de pur bonheur à son frère, qui semblait trop occupé à leur frayer un chemin vers la liberté pour s’en rendre compte. Malheureusement, le faisceau d’une lampe torche l’aveugla quelques secondes, et elle entendit avec horreur un des hommes charger de sa surveillance.

« Merde, les mecs ! L’alguz se barre ! » beugla-t-il, alors qu’il entamait déjà une percée dans la foule.

Par reflexe, les gens qui se trouvaient autour d’eux commencèrent à s’éloigner… Après tout, l’alguz en question était dans leur tête un animal dressé au combat. Asmaa arrêta de réfléchir. Alors que la liberté lui tendait les bras, elle refusait de la laisser s’échapper. Passant devant Reyn, elle ne lâcha sa main que quand elle parvint à les extraire de la masse compacte qui représentait sa dernière prison.

« Suis-moi ! » le pressa-t-elle, alors qu’elle entamait déjà sa transformation.

Y parvenir ne lui prit que quelques secondes, durant lesquelles elle ralentit forcément, et s’extraire de ses vêtements devenu trop grand et peu adaptés à sa nouvelle morphologie lui fit perdre encore un peu de temps, si bien que quand elle eut terminé, leurs poursuivants n’étaient plus très loin. Heureusement, eux aussi avaient été ralentis par les mouvements de panique.

Il allait falloir courir.


Dernière édition par Asmaa le Mer 31 Mar - 23:34, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reyn
Garanti sans puces
Garanti sans puces
avatar

Age : 33

Background
Pouvoirs: Transformation en lynx
Statut: Rescapé de Firone
Niveau:
3/4  (3/4)
MessageSujet: Re: Quand sauvagerie rime avec vengeance... [Yelene, Asmaa]   Mer 31 Mar - 23:42

Évidemment. Leur chance ne pouvait pas durer éternellement, cela aurait été trop beau. J'avais pourtant caressé l'espoir vague de pouvoir sortir de là sans encombre et retourner en catimini chez mon oncle et ma tante avec Asmaa et Yelene, saines et sauves. Mais non, il avait fallu qu'un de ces abrutis de geôlier nous balaye avec le faisceau de sa maudite torche! Un instant aveuglé par cet éclat soudain, ce fut Asmaa qui réagit la première, moins sensible que moi à ce brusque changement de luminosité. Je la suivis sans réfléchir : il y avait peu de personnes en qui j'avais confiance... Asmaa faisait partie de ces privilégiés, malgré sa jeunesse.

Elle lâcha ma main et je la vis entamer sa transformation. J'hésitai une fraction de secondes, avant de la suivre, me transformant à mon tour, bien plus rapidement qu'elle et de façon moins maladroite. Les vêtements étaient toujours quelque chose de délicat, il fallait s'en débarrasser. Mais étant donné que je diminuais de moitié mon poids et ma taille, c'était facile. Alors qu'Asmaa...

Je la suivis, jetant un coup d'œil derrière moi pour vérifier si nous étions suivis. Et nous l'étions, évidemment. Et certains avaient même des fusils avec des seringues anesthésiantes. Aïe... J'entendis leurs cris de surprise en voyant un lynx courir derrière le berger allemand. Asmaa courait vite. Moi aussi, sauf que j'avais moins d'endurance qu'elle, il fallait donc les semer et se cacher, je ne tiendrais pas longtemps le rythme d'une course folle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asmaa
-Modo-
Ferait tout pour Frolic
-Modo-Ferait tout pour Frolic
avatar

Age : 27

Background
Pouvoirs: Transformation en berger allemand
Statut: Bete de foire
Niveau:
1/4  (1/4)
MessageSujet: Re: Quand sauvagerie rime avec vengeance... [Yelene, Asmaa]   Sam 3 Avr - 19:43

Courir. Asmaa courait comme jamais elle n’avait couru. Ils étaient six à les poursuivre, six à suivre un lynx et un berger allemand lancés à pleine vitesse. Ses blessures la tiraillaient, la fatigue lui engourdissait les pattes, mais elle ne ralentissait pas. Au contraire, chaque désagrément ne faisait que l’encourager à ignorer les signaux inquiétants de son corps. Elle regardait droit devant elle, laissant son instinct décider lui-même de son chemin. Derrière elle, elle savait que Reyn la suivait, et ne se faisait pas de souci pour lui. Après tout, lui ne se serait pas laissé enfermé. Lui s’était échappé quand les ennuis avaient pointé le bout de leur nez. Alors qu’elle… Les cicatrices qui agrémentaient sa peau jusqu’alors vierge de toute marque parlaient d’elles même.

C’était un cauchemar qu’elle fuyait. Une vie qui n’en était pas une, où on l’utilisait sans une once de respect pour ce qu’elle était réellement.

Et ils les semaient. Derrière elle, elle entendit un hurlement. Jetant un coup d’œil, elle remarqua qu’un de leurs poursuivants étaient au sol. Elle ne prit pas le temps de chercher à comprendre, et ne fit que redoubler ses efforts. Que cela faisait du bien de courir, c’était surement ce qui lui avait le plus manquer durant ces quatre dernières lunaisons. Un nouveau cri de douleur sonna comme la promesse d’une liberté bientôt retrouvée. Les bruits de poursuite s’estompaient, alors que ses anciens tortionnaires hésitaient entre s’occuper des blessés et poursuivre leur gagne pain. Mais comme l’avait dit Blok, Asmaa n’était pas la seule Alguz qui pouvait jouer ce rôle. Ils continuèrent encore un peu plus d’une minute, sans se soucier de ce qui pouvait se passe derrière eux. Alors qu’elle changeait brutalement de direction pour prendre une ruelle, elle lâcha un couinement sourd et s’effondra, sa patte avant gauche la lâchant brusquement. Un mauvais appui venait de réveiller une douleur plus tenace que les autres.

Ne pouvant plus se maintenir sous sa forme animale, elle retrouva son corps humain et faillit sombrer dans l’inconscience à cause du choc engendré. Elle ne put retenir un faible gémissement, alors que son épaule la lançait affreusement.

« Reyn… » souffla-t-elle faiblement, alors qu’elle essayait de se relever.

Même nue, même de nuit, elle ne souffrait pas du froid. C’était comme si son corps pensait toujours être recouvert d’une abondante fourrure. Ce n’était donc pas à cause de la température mais bien de la fatigue et de la douleur que son corps était secoué de légers mais fréquents tremblements. Etant nyctalope, Reyn put à loisir admirer toutes les marques qui parcouraient son le corps de sa sœur, comme autant de preuves de ce qu’elle avait vécu.

Seul point positif, le calme était revenu dans Cylardem. Leurs poursuivants étaient semés, du moins le semblaient-ils. L’idée qu’Asmaa aurait pu lâcher plus tôt n’était pas déplaisante, mais la chance avait voulu que son désir de s’éloigner de l’entrepôt soit plus fort que ses défaillances physiques.

« Où es-tu ? »

Clignant des yeux, elle essaya de focaliser sa vision sur la masse sombre qui devait être son cousin. Mais alors qu’elle était handicapait par sa nature d’alguz, le choc de la transformation l’aveuglait encore un peu plus. Haletante, elle peinait pour reprendre son souffle, et son cœur battait la chamade. L’idée d’être reprise la hantait et elle n’aurait pas été surprise d’entendre Blok débouler pour récupérer « son bien ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reyn
Garanti sans puces
Garanti sans puces
avatar

Age : 33

Background
Pouvoirs: Transformation en lynx
Statut: Rescapé de Firone
Niveau:
3/4  (3/4)
MessageSujet: Re: Quand sauvagerie rime avec vengeance... [Yelene, Asmaa]   Dim 4 Avr - 0:07

Nous prenions de la distance. Comment de simples humains balourds auraient-ils pu nous rattraper? A moins d'un moyen extérieur, c'était impossible et ils n'avaient pas pu nous prendre de court en nous coupant la route dans les ruelles tortueuses et mal famées. Ce qui m'embêtait, c'était que nous avions perdu Yelene... J'espérais qu'elle avait eu la présence d'esprit de ne pas nous attendre et de filer rapidement jusque chez mon oncle et ma tante.

J'entendais des cris de douleurs derrière moi et me permit de regarder en arrière pour m'assurer que nos poursuivants ralentissaient. Nous allions réussir à leur échapper... Surtout Asmaa. C'était gagné. Je suivais Asmaa de près, tournant à sa suite, avant de manquer la heurter alors qu'elle s'effondrait en un couinement de douleur. Je sautai au dessus d'elle par pur réflexe, avant de faire brutalement demi tour pour la voir redevenir humaine. Mince... Si seulement elle avait tenu un peu plus longtemps... Je tendis l'oreille, craignant d'entendre nos poursuivants, mais nul bruit ne me parvint.

Je sautai de nouveau souplement au dessus d'Asmaa, regardant au coin de l'angle si nos poursuivants étaient en vue. Apparemment pas. Je revins vers la jeune fille et collai mon nez contre son visage alors qu'elle me demandait où j'étais. Mais cela ne suffisait pas et mes moyens de communication sous cette forme étaient limités... Je pestai intérieurement, avant de retrouver ma forme humaine, accroupi près d'elle. Moi aussi je haletais, la course avait été effrénée.

- "Est-ce que tu peux continuer As'?"

Mon ton était pressent. Il fallait qu'on continue jusque chez ses parents. Finalement, je ne fis pas cas de sa réponse et la prit dans mes bras, étonné de la trouver si légère... Combien avait-elle perdu de poids? Et tous ces coups sur son corps pâle... Je serrai les dents : j'avais envie de les tuer, tous... Soit je me sauvais avec elle... Soit je la laissais là et retournait face à nos poursuivants pour leur régleur leur compte. Mais Asmaa supporterait-elle que je l'abandonne? Je ne pensais pas.

- "Ma chérie... Un mot et je retourne en arrière pour leur faire payer ce qu'ils t'ont fait..."

La rage vibrait dans ma voix, atténuée par la compassion.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asmaa
-Modo-
Ferait tout pour Frolic
-Modo-Ferait tout pour Frolic
avatar

Age : 27

Background
Pouvoirs: Transformation en berger allemand
Statut: Bete de foire
Niveau:
1/4  (1/4)
MessageSujet: Re: Quand sauvagerie rime avec vengeance... [Yelene, Asmaa]   Dim 4 Avr - 17:43

Asmaa se sentait mal. A cause de sa chute, d’une part, mais pas seulement. Nue dans une ruelle crasseuse de Livia Maxima, elle avait du mal à reprendre son souffle, et la douleur l’empêchait de réfléchir convenablement. Son frère était là, quelque part, elle le savait, mais ne pas savoir où exactement la rendait malade. Ses membres tremblaient, ses doigts se crispaient et tenter de se lever était une torture à laquelle elle ne voulait pas échapper. Car rester sur place signifiait se faire reprendre. Chaque son était associé aux bruits de botes d’une horde de tortionnaires lancés à pleine vitesse vers elle. Elle appela son frère, et elle sentit avec un soulagement son nom la tête féline se coller contre la sienne. Dans un mouvement instinctif, elle l’enlaça pour l’empêcher de partir.

Le fait qu’il reprenne sa forme humaine et qu’ils se retrouvent tous les deux nus ne la dérangea pas, elle était légèrement au dessus de ça, surtout quand sa liberté et celle de son frère était en jeu. Le tableau qu’ils devaient former alors n’était sans doute pas banal, mais la situation était un peu hors norme. Se retrouver réduite à l’état d’animal n’était pas, en effet, quelque chose qui arrivait tous les jours, et monter une expédition de sauvetage de même. Du moins, ça n’aurait pas du… Mais le monde était devenu fou. Il lui demanda si elle pouvait continuer, et elle ferma les yeux.

Elle ne pouvait pas, n’en pouvait plus.

Il n’attendit pas sa réponse, qu’elle était de toute façon incapable de formuler, et la souleva sans le moindre effort. Elle s’agrippa à son cou, frissonnante. Ouvrant les yeux, elle tourna brusquement la tête vers l’endroit où elle savait être l’entrepôt, aux aguets. Etait-ce son imagination, ou de réels bruits de pas ? La question de Reyn lui fit de nouveau un brusquement mouvement de rotation à son cou, alors qu’il lui demandait si elle voulait qu’il la venge.

« Je… » commença-t-elle, mais elle ne put continuer. Mal à l’aise, elle détourna le regard, le ramenant vers la direction des arènes.

Que voulait-elle ? L’urgence de la situation, la possibilité d’être enfin libre et la rebuffade de Reyn lui avait fait oublier Blok… Le regrettait-elle ? Assurément. Alors qu’il était désormais loin et à l’abri, elle devait se résigner à ne jamais se venger. Et elle en avait envie, terriblement envie.

« Non. »

Elle ne voulait pas qu’il parte. Elle n’était pas dupe, s’il décidait de faire justice, il ne l’emmènerait pas avec lui.

« Non, c’est trop tard… » Elle ramena son regard sur Reyn, et ses prunelles se firent d’acier, alors qu’elle continuait d’une voix froide. « Mais ils ne s’en sortiront pas comme ça. Un jour, quand ils m’auront oubliée… Je reviendrai. »

Ou comment annoncer de but en blanc à son sauveur qu’on finirait un jour ou l’autre par se jeter de nouveau dans la gueule du loup. Mais Asmaa n’avait pas conscience de cette dimension de ses propos. Elle ne voyait que la promesse solennelle qu’elle se vengerait un jour, d’eux tous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reyn
Garanti sans puces
Garanti sans puces
avatar

Age : 33

Background
Pouvoirs: Transformation en lynx
Statut: Rescapé de Firone
Niveau:
3/4  (3/4)
MessageSujet: Re: Quand sauvagerie rime avec vengeance... [Yelene, Asmaa]   Mar 6 Avr - 21:33

J'attendais.

J'attendais qu'Asmaa retrouve suffisamment ses esprits pour répondre à ma question, une question difficile que je me reprochais de lui poser. Je n'aurais pas du lui donner le choix d'une question si difficile. Mais je ne pouvais pas l'abandonner et tuer tout le monde, la laissant seule alors qu'elle ne voulait surement plus l'être pour le moment. Choix déchirant, mais je voulais qu'elle me donne une réponse en tout état de cause. Quoiqu'elle décide, je m'y plierais...

Et finalement, elle refusa que je retourne en arrière pour les punir de ce qu'ils lui avaient fait. Je hochai la tête en serrant les dents, mais je me remis doucement en route, Asmaa dans mes bras. Elle reprit la parole et je la regardai, voyant la détermination dans ses prunelles, une détermination qui me fit frissonner. Il y avait de la haine dans ses yeux, une haine que je n'avais jamais vu et que j'espérais voir disparaître avec le temps. Je hochai pourtant la tête une deuxième fois, répliquant d'une voix tranquille, mais assurée :

- "D'accord. Et je viendrai avec toi."

J'hésitais un instant, avant de reprendre d'une voix lointaine :

- "On te dira que la vengeance n'apaise pas et ne sert à rien. C'est vrai... Et faux à la fois. Au moins a-t-on l'impression que justice a été faite."

Je me remis en marche, d'un pas rapide, alors qu'Asmaa était nichée dans mes bras. Elle n'était pas bien lourde et l'urgence me donnait des ailes. Prudent, je pris des tours et des détours, déposant Asmaa parfois pour revenir en arrière et m'assurer que nous n'étions pas suivis.

Finalement, nous parvînmes jusque chez mon oncle et ma tante. Je rentrai le plus vite possible, refermant la porte derrière moi avant de pousser un long soupir. Nous étions rentrés. j'entendis mon oncle et ma tante se déplacer. Et un subtil parfum de violette me monta aux narines, m'apprenant que Yelene avait réussi à revenir.

C'était fini.

Je déposai Asmaa, ne la lâchant pourtant pas pour faire ce dont j'avais envie depuis que je l'avais vue dans cette cage.

La serrer fort dans mes bras, malgré notre nudité commune, mais nous étions au dessus de cela. Et je murmurai alors :

- "C'est fini."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yelene
Branchée sur secteur
Branchée sur secteur
avatar


Background
Pouvoirs: Maitre de Foudre
Statut: Ex-Gardienne de Firone
Niveau:
4/4  (4/4)
MessageSujet: Re: Quand sauvagerie rime avec vengeance... [Yelene, Asmaa]   Mer 7 Avr - 1:14

De son côté Yelene ne cessait de regarder dans les parages. Elle ne savait pas si ils avaient réussit a sortir ou non, si ils avaient été prit, si il fallait qu'elle retourne a l'intérieur...Elle se décida a faire le tour du batiment et un cri lui parvint :

-Y a l'Alguz qui se tire !

Reyn ?! Elle se fraya un chemin au milieu de la foule rendue subitement immobile, le calme avant la tempête hein, puisque deux secondes après, elle fut de nouveau chahutée. Elle eut juste le temps de voir un chien suivit d'un gros chat sauvage fuirent vers les ruelles sombres. Elle soupira discrètement, mais son souffle se bloqua dans sa poitrine alors qu'un reflet lui apprit la présence d'armes. Des armes qui pointaient leur gueule béantes sur les fuyards. Tant pis pour la discrétion. Subtilement, elle modifia les flux électriques commandant les muscles, les tétanisant dans leur position avant de les faire se relacher. Résultat, une énorme douleur ressentie dans tout le corps et un effondrement direct. Elle dût se concentrer presque a son maximum pour toucher les trois hommes en même temps et n'eut aucun remords. Ces êtres qui se disaient sois disant humains, fidèles de la Déesse étaient prêt a abattre Reyn et sa soeur comme de vulgaires animaux ! Malheureusement, elle relacha trop rapidement son emprise, elle allait faire demi tour quand un cri lui glaça le sang.

-Y a un M !

Mince ! Il fallait filer a l'anglaise et plus vite que ça ! Les « L » avaient tellement bien fait leur boulot, que même la populace la plus pauvre de LM n'hésiterait pas une seconde a vendre un parent pourvu que cela lui rapporte. L'un des hommes a terre, grimaçant la pointa du doigts mais elle n'attendit pas de savoir si quelqu'un avait fait attention a lui, se détournant subitement, elle se mit a détaler comme un lapin.

Mais il fallait croire que le ciel n'était pas avec elle ce soir. Ce ciel avait décidé que même les si vertueux L avaient leur brebis galeuse et la brebis galeuse en question, venue s'encanailler et dépenser sa solde, se disait qu'une tête de M au bout de sa pique serait du plus belle effet.

Une balle lui siffla dans les oreilles et elle accéléra sa course, rentrant la tête dans les épaules. Ouf, il n'avait pas l'air de savoir viser, songea-t-elle alors qu'une autre venait de se ficher dans le mur qui formait le coin d'une ruelle. Quoique ! Rectifia-t-elle quand une troisième lui frôla le bras, déchirant le tissus de sa chemise et éraflant légèrement la peau. Bon, là, il fallait se presser !

Yelene poussa son corps au maximum et bifurqua soudainement sur la droite, un cul de sac...Super ! Un cul de sac pour le L pas pour elle. Tendant une main impérieuse, elle força une énorme plaque d'égout a glisser sur le coté, sans même prendre le temps réfléchir, elle sauta dans le trou et atterit deux mètres plus bas en grimaçant. Bordel ! Il ne fallait pas qu'elle se torde une cheville! Sans perdre une seconde, elle referma la plaque et se colla le plus possible aux parois suintantes de...euh...elle ne voulait pas savoir de quoi en fait, son coeur battait la chamade, menaçant de sauter hors de sa poitrine.

Cela s'agitait en haut, mais elle refusa de bouger. Elle espérait que le L serait un poil peureux sur les bords, on disait de drôles de choses sur les égouts et elle savait que ces lieux n'étaient pas tranquilles. Elle y avait vécu un moment et se souvenait ne pas avoir beaucoup dormi, se déplaçant sans cesse. D'ailleurs, elle pourrait utiliser le réseau des égouts pour rejoindre la famille de Reyn. C'était là qu'il lui avait dit d'aller si ils se retrouvaient séparés., C'était donc là qu'elle irait. Bref, elle espérait que le L ne se sentirait pas pousser des ailes a tel point qu'il se risquerait tout seul dans les égouts. Bon, si elle restait là, soit elle prendrait racine, soit elle serait découverte. L'idée de s'enfoncer dans les profondeurs des égouts ne l'enchantaient pas tellement mais bon, elle n'avait pas vraiment le choix. Les égouts, le L, le choix était vite fait, les égouts ne la tueraient peut être pas.

Elle émergea quelques rues plus loin après avoir attentivement observé les alentours, elle n'avait pas trainé ses pieds dans de l'eau croupie et fleurant bon les ordures pour se faire chopper a peine le nez dehors. Mais la chance était avec elle et Yelene put retrouver la maison des parents de Reyn saine et sauve...Enfin presque, nul doute qu'elle aurait un superbe bleu sur le bras. L'oncle du matou la laissa rentrer, la mine soucieuse. Il ne cessait de regarder derrière elle.

-Ils ne vont pas tarder, on a été séparés.

Souffla-t-elle la respiration encore saccadé de sa course. Oui, ils n'allaient pas tarder, c'était obligé ! Il ne pouvait en être autrement, sinon, elle irait elle même chercher ce foutu matou par la queue si il le fallait.

Elle n'avait pas fait trois pas dans la pièce principale que la porte s'ouvrit de nouveau, elle se retourna juste a temps pour voir Reyn et sa soeur. Son soulagement fut tel qu'elle dut s'adosser au mur. Ils avaient réussit. Elle ferma les yeux en remerciant le ciel, lorsqu'elle les réouvrit, Reyn, nu comme un ver, étreignait sa soeur, tout aussi nue. En d'autre circonstances, nul doute qu'elle aurait piquer un fard et aurait hurler a l'outrage, mais là, elle n'en avait pas la force ni la volonté.

-Il faut partir, l'alerte a été donnée, il y avait un L au milieu des spectateurs. Et même si il tire comme un pied, il m'a tout de même repérée.

Fit elle en s'approchant du couple enlacé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asmaa
-Modo-
Ferait tout pour Frolic
-Modo-Ferait tout pour Frolic
avatar

Age : 27

Background
Pouvoirs: Transformation en berger allemand
Statut: Bete de foire
Niveau:
1/4  (1/4)
MessageSujet: Re: Quand sauvagerie rime avec vengeance... [Yelene, Asmaa]   Ven 9 Avr - 1:49

« Yelene ? » Dalia rejoignit rapidement la jeune aimantaliste quand celle-ci entra chez elle. « Yelene, c’est bien vous ? Miséricorde, que vous est-il arrivé ?! »

La jeune femme faisait peine à voir, et l’odeur qu’elle dégageait était tout sauf agréable - avait-elle été assez folle pour s’aventurer dans les égouts ? - mais elle était surtout blessée. Carl darda son regard félin sur elle. S’il avait des caractéristiques moins marquées que Reyn, il n’en gardait pas moins ce regard si particulier.

« Ma fille, avez-vous retrouvé ma fille ? » la pressa-t-il, malgré lui.

La réponse qu’il obtint lui arracha quelques larmes, de joie et d’angoisse. Ainsi, ils l’avaient retrouvée… Et avaient été séparés dans leur fuite.

*********

Asmaa n’en pouvait plus. Elle ne bougeait plus, vidée de ses forces par la course qu’ils avaient effectuée et par la résolution qui était désormais sienne : revenir un jour pour les tuer tous. Savoir que son frère l’accompagnerait ne la réjouissait pas autant qu’elle l’aurait cru, étrangement. Elle n’avait pas vraiment envie qu’il voit ce qu’ils avaient pu faire d’elle, or elle était bien déterminée à utiliser tout ce qu’ils avaient pu lui apprendre. Pour autant, elle ne se sentait pas capable de le lui avouer, et encore moins d’y aller sans lui. Il était un Alguz bien plus expérimenté qu’elle, la preuve avait été faite juste avant quand elle avait retrouvé sa forme humaine avant lui, et elle n’avait aucune envie de mourir pour se venger.

Non, elle était une jeune femme à laquelle on avait volé 4 lunaisons de sa vie, et bien plus encore, et elle ne voulait pas que le prix à payer pour son inconscience s’alourdisse encore.

Reyn allait vite, aussi vite qu’il le pouvait, se perdant en tours et en détours pour semer d’éventuels poursuivants. Ballotée plus que bercée, elle avait pourtant de plus en plus de mal à ne pas sombrer dans l’inconscience, s’agrippant au cou de son frère comme à une bouée. Elle couina légèrement la première fois qu’il la posa par terre, paniquée à l’idée qu’il ne revienne pas, mais elle se força au calme. Elle devait lui faire confiance.

Finalement, ils finirent par sortir de Cylardem. Revenus dans la civilisation, ils rejoignirent la maison de Carl et Dalia. Asmaa crut qu’elle allait pleurer quand elle reconnut les rues qu’ils traversaient, mais elle parvint à garder son calme jusqu’à ce que la porte dont elle avait tant rêvée se referme derrière elle. Ses pieds retrouvèrent le sol et elle n’eut même pas le temps de chanceler que Reyn la prenait dans ses bras. Elle ferma les yeux, alors qu’elle éclatait en sanglot.

C’était fini.

Elle ne se battrait plus contre des molosses. N’aurait plus à supporter les injures et humiliations des monstres qui l’avaient maintenue prisonnière. Elle avait du mal à y croire, et pourtant la chaleur de son cousin ne pouvait pas mentir. L’odeur de ses parents encore moins.

« Asmaa ! » cria presque Dalia, alors qu’elle se ruait aux côtés de sa fille et de son sauveur. « Oh, Reyn, merci… merci, merci, merci. Et merci à vous aussi, Yelene. » La jeune Alguz avait du mal à suivre, mais elle était surtout rongée par la culpabilité. Il n’y avait qu’à voir l’angoisse de sa mère pour comprendre qu’elle avait mal vécu l’absence de sa fille. Et comment aurait-il pu en être autrement ? « Ma pauvre chérie… »

Parvenant à garder un calme relatif, bien que lui aussi assailli par des émotions contradictoires - joies, soulagement, horreur - Carl avait gardé la présence d’esprit nécessaire pour prévoir la tenue de sa fille et de son neveu, aussi arriva-t-il avec un temps de retard, deux couvertures sous le bras. Il en posa une sur les épaules de celui qu’il considérait comme son fils.

« Merci. » lâcha-t-il simplement, la gorge nouée, le regard rivé sur sa Asmaa.

La miraculée ne savait plus où donner de la tête. Sans qu’elle comprenne vraiment comment, on posa sur ses épaules tremblantes une couverture, et elle n’eut même pas la force de faire remarquer qu’elle n’avait absolument pas froid. Tout était trop beau, trop parfait, mais teinté de bien trop d’horreur, et elle se contentait de garder le silence, regardant tour à tour Reyn, son père et sa mère.

Comme pour briser l’instant, Yelene décida de leur apprendre qu’elle avait été repérée par un Ailisse. Le regard que lui lança Asmaa en disait long sur son état d’esprit. Certes, la jeune femme avait aidé à son sauvetage, mais à ses yeux, cela ne changeait rien. Si elle n’avait pas connu Reyn, elle aurait très bien pu être parmi les spectateurs et admirer son massacre, comme les autres. Et même, son frère avait déjà eu assez d’ennuis avec les humains, et celle-là n’était pas meilleure que les autres. Elle avait forcément une motivation intéressée qui expliquait mieux ses actes qu’une amitié en laquelle elle ne pouvait plus croire.

Alguz et humains ne pouvaient pas être amis.

Pourtant, elle garda ses commentaires pour elle. D’une part parce qu’elle était trop fatiguée pour se lancer dans un débat stérile, et d’autre part parce qu’elle n’avait pas oublié le sermon de son frère quand elle avait essayé d’attaquer son « amie ». Il avait confiance en elle, une chose que la jeune femme ne s’expliquait pas mais contre laquelle elle ne pouvait encore rien. N’ayant aucune envie de froisser son frère, elle préféra garder le silence, faisant même l’effort de détourner la tête pour ne plus la voir.

Elle se rendit alors compte qu’elle était sur le point de s’évanouir. Il arrivait trop de chose d’un seul coup, et voilà qu’on parlait de partir. Sauf qu’elle ne voulait plus être séparée de Reyn.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reyn
Garanti sans puces
Garanti sans puces
avatar

Age : 33

Background
Pouvoirs: Transformation en lynx
Statut: Rescapé de Firone
Niveau:
3/4  (3/4)
MessageSujet: Re: Quand sauvagerie rime avec vengeance... [Yelene, Asmaa]   Ven 9 Avr - 17:02

Étrangement, je n'étais pas loin de l'état apathique dans lequel glissait Asmaa. J'étais épuisé et nous avions frôlé le danger de près... de trop près. Mes nerfs retombaient et je n'aspiraient qu'à deux choses : une douche et un lit pour m'effondrer pendant des heures. Mais cela ne m'était pas permis pour le moment, alors que je me sentais en sécurité dans la maison de mon oncle et ma tante, que je considérais comme mes parents. Dalia avait été une mère pour moi. Carl était plus distant, mais pas moins aimant et protecteur. Et voir aujourd'hui leurs regards s'éclairer de joie en revoyant leur fille adorée n'aurait pas pu me faire davantage plaisir.

Dalia me remercia chaleureusement, en pleurant de bonheur et de soulagement. Carl me couvrit d'une couverture. Je n'avais pas froid non plus, mais cela couvrait ma nudité. Asmaa semblait complètement déconnectée de la réalité. Cela m'inquiétait... Elle avait été plus vive que ça toute à l'heure alors pourquoi cette apathie maintenant qu'elle était sauvée?

Une odeur de sang me monta alors aux narines et je jetai un regard à Yelene qui avait été blessée... et remarquée par un L. Je frémis d'effroi à cette nouvelle : non seulement elle avait failli laisser sa peau pour sauver celle de ma petite sœur, mais les ennuis n'étaient pas terminés... Abattu, je soupirai alors que le corps d'Asmaa se faisait étrangement lourd. J'eus tout juste le temps de la reprendre dans mes bras avant qu'elle ne perde connaissance, éreintée. Je conduisis alors Asmaa jusque dans le salon et l'allongeai sur le canapé, la recouvrant de la couverture, tandis que je m'asseyais (ou plutôt me laissais tomber) à côté d'elle, moi aussi emmitouflé et le regard morne.

- "Attends quelques minutes Yelene, il faut que je récupère un peu."

J'avais quand même enchainé transformation et port de jeune fille à moitié évanouie en moins d'une heure, je n'étais pas un surhomme.

- "Comment penses-tu que nous allons fuir? Si un L est au courant, il a déjà du rameuter tous ses petits copains... Si Asmaa et toi êtes peu repérables, ce n'est pas mon cas malheureusement."

J'eus une moue amère. Si Asmaa avait été en état, je leur aurait dit de tenter leur chance de leurs côtés et moi du mien... Chance minime pour moi, mais passons. Mais là, Asmaa ne pouvait plus rien faire et était carrément évanouie jusqu'à nouvel ordre.

- "Carl, Dalia, je suis désolé... Mais le mieux serait qu'Asmaa vienne avec moi à Firone. Elle sera en sécurité là bas... Et vous aussi si vous voulez nous y rejoindre."

Se séparer de leur fille devait être un déchirement. Dalia se remit à pleurer, alors que Carl passait une main sur ses épaules, le regard grave.

- "Partez tous les trois. Nous resterons là."

- "Mais..."

- "Reyn, ne discute pas et veille sur elle. Je vais m'occuper de brouiller les pistes..."

Mes yeux s'acarquillèrent d'horreur. Il était un lynx comme moi... Si le descriptif avait été donné, les L chercheraient un lynx.

- "Et moi aussi."

Et un berger allemand. Non, ils ne pouvaient pas se sacrifier ainsi pour nous permettre de fuir, il y avait forcément une autre solution. Je me levai alors et approchai de mon oncle.

- "L'avenir, c'est vous Reyn, toi et Asmaa. Pour que vous connaissiez ce que nous n'avons fait que rêver. Nous vous devons bien ça à ton amie et toi pour avoir retrouver notre petite Asmaa. Tout se passera bien."

Mon oncle m'étreignit alors, chose qu'il n'avait jamais faite.

- "Je suis fier de toi."

Dalia était déjà partie s'accroupir près d'Asmaa pour lui caresser la joue et l'embrasser en lui murmurant son amour. Mon oncle se contenta d'un baiser sur son front.

- "Nous allons les attirer sur une fausse piste. Pendant ce temps, vous fuirez."

Dalia ravala ses larmes et monta chercher des vêtements pour Asmaa et moi. Elle habilla tant bien que mal ma cousine, pendant que je faisais de même, le plus rapidement possible. Je finis par jeter un regard lourd à Yelene.

Nous devions de nouveau fuir et Asmaa ne pouvait même pas dire au revoir à ses parents.

- "S'il vous plait, soyez prudents... Asmaa a encore besoin de vous... j'ai besoin de vous."

Ils hochèrent la tête alors que ma tante m'embrassait. Puis, ceux que je considérais comme mes parents se transformèrent et sortirent de la maison, attirant les L dans une autre direction, afin de nous permettre de sauver nos vies.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yelene
Branchée sur secteur
Branchée sur secteur
avatar


Background
Pouvoirs: Maitre de Foudre
Statut: Ex-Gardienne de Firone
Niveau:
4/4  (4/4)
MessageSujet: Re: Quand sauvagerie rime avec vengeance... [Yelene, Asmaa]   Ven 16 Avr - 18:47

-Par les égouts !

s'exclama-t-elle en laissant un pauvre sourire s'afficher sur ses traits. Les égouts...Rien que d'y penser, elle en tremblait encore parfois. Elle ne savait quelle menace rôdait dans les parages, mais elle existait belle et bien, elle l'avait cotoyé assez longtemps pour le savoir. Yelene aurait adoré ne pas avoir a y remettre les pieds mais il fallait croire que le destin en avait décidé autrement. Elle les avait suivi dans la salon et c'était aussi laissé tomber dans un fauteuil. Elle puait a quinze bornes, était crevée et essoufflée, super !

Mais apparemment, les parents d'Asmaa ne voulait pas en entendre parler. Elle aurait aimé leur dire de les laisser faire mais ils ne lui laissèrent pas le temps d'en placer une et avant qu'elle ait eut le temps de dire ouf, ils étaient partis. Yelene s'approcha de Reyn.

-Il n'y a plus qu'a espérer qu'ils ne se fassent pas prendre...Je suis désolée, c'est de ma faute, j'aurais dût être plus prudente.

s'excusa-t-elle en se mordant la lèvre inférieure.

-Il faut passer par les égouts, surtout si Asmaa est inconsciente. On sortira plus facilement du quartier et on pourra rejoindre les portes de la ville et voler deux chevaux.

ajouta-t-elle en prenant conscience qu'il n'était pas temps pour elle de s'apitoyer sur son sort, ou le leur, le plus urgent était de sortir de la ville vivants.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reyn
Garanti sans puces
Garanti sans puces
avatar

Age : 33

Background
Pouvoirs: Transformation en lynx
Statut: Rescapé de Firone
Niveau:
3/4  (3/4)
MessageSujet: Re: Quand sauvagerie rime avec vengeance... [Yelene, Asmaa]   Dim 18 Avr - 21:13

Les égouts...

Rien que d'y penser, ça me rendait malade. Déjà que l'odeur de Yelene m'incommodait. Elle puait. Je sentais encore la fragrance de violette caractéristique, mais bien camouflée sous l'odeur d'ordures. Je sentais déjà que cette escapade allait être un supplice pour mes sens trop aiguisés. Mais comment expliquer ça à Yelene? Et surtout... A quoi bon? Il fallait filer rapidement et c'était la meilleure solution.

Et surtout, nous ne pouvions pas échouer alors que ma famille allait se mettre en danger pour nous permettre de fuir. Pourvu que tout se passe bien et que cet acte héroïque ne devienne pas le calvaire de martyrs... Je ne me pardonnerais jamais leurs morts, si cela arrivait ainsi. Et Asmaa non plus.

- "Il n'y a pas à t'excuser. Nous avons lancé une opération de sauvetage sans réel plan... C'est déjà un miracle que nous soyons tous les trois en vie."

Je fronçai le nez, alors que l'odeur de sang frais me titillait les narines.

- "Tu as été blessée..."

Elle aurait pu être tuée, c'était un moindre mal. Mais c'était ma faute, je l'avais entrainée là dedans.

- "Les égouts... Je suppose qu'on n'a pas le choix, en effet. Mais mon odorat risque d'être hors service pour un moment avec ça."

J'esquissai un pâle sourire.

- "Tu pues Yelene."

Je repris mon sérieux, et pris ma cousine dans mes bras, avec précaution.

- "Il faut sortir de cet enfer... Je ne peux que compter sur mon oncle et ma tante pour s'en sortir, à nous de faire de même."

Je passai alors derrière elle, la laissant ouvrir la voie jusqu'aux égouts qu'elle semblait bien connaitre, la suivant en silence, serrant précieusement ma petite sœur dans mes bras.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yelene
Branchée sur secteur
Branchée sur secteur
avatar


Background
Pouvoirs: Maitre de Foudre
Statut: Ex-Gardienne de Firone
Niveau:
4/4  (4/4)
MessageSujet: Re: Quand sauvagerie rime avec vengeance... [Yelene, Asmaa]   Mar 20 Avr - 8:03

Yelene répondit par une moue dubitative. Elle aurait dût être plus prudente, c'est tout ! Mais est ce que vivre a Firone avait émousser ses reflexes de protection ? Peut être, là bas, elle n'avait pas besoin de se cacher, pas besoin de se dissimuler...Bref, elle ne pouvait revenir en arrière mais une chose était sure, si les parents d'Asmaa devaient périr pour leur sauver la vie, elle s'en voudrait pour l'éternité. Un poid supplémentaire sur ses épaules, mais après tout, ne vivait elle pas avec la mort de son frère sur l'âme ?

-Hein ?! Oh ce n'est rien, juste une éraflure. Il ne savait pas visé, peut être un peu trop imbibé.

Expliqua-t-elle en jetant un oeil sur son épaule. Ce n'était pas grave de toute manière, enfin, moins grave qu'Asmaa inconscience. Elle eut un pauvre sourire lorsque Reyn l'informa de son parfum plutôt...Repoussant.

-Je sais. J'y ai vécu un an, je ne fais même plus attention a l'odeur, mais c'est sur que ça risque d'être une torture pour toi. Au pire, si ton oncle a du dentifrice, mets toi en sur la lèvre supérieure, ça aidera peut être.

Elle le regarda prendre sa soeur dans ses bras et ouvrit le chemin. Elle veilla a se que les rues soient vides avant de s'engouffrer dans la nuit, direction ? La première bouche d'égout qu'ils verraient. Chose assez facile, il y en avait partout. Restait a espérer qu'ils ne tombent pas sur ce qui trainait dans les sous sols.

Elle s'était mainte fois perdu dans le labyrinthe que pouvait être les égouts. Mais maintenant, elle en connaissait toute les ramifications. Et puis, la sortie était vers le nord, tant qu'ils se dirigeraient dans cette direction, ils ne craignaient rien.

On ne pouvait pas dire qu'ils progressaient facilement, non, mais ils y allaient surement. Yelene jetait de fréquent coups d'oeil derrière elle, s'assurant que Reyn la suive sans trop de difficulté.

-J'espère qu'Asmaa n'est pas trop lourde, je ne peux pas te relayer.

Nul doute que cette nuit serait parmis les plus éprouvantes qu'ils aient vécu jusqu'ici, mais, au prix d'efforts continus, ils finirent par soulever une plaque d'égout située en dehors de la ville. Yelene se hissa a l'air libre avec un soupir de soulagement.

-Bon, maintenant, les chevaux. Je crois qu'il doit y avoir un eleveur pas loin...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quand sauvagerie rime avec vengeance... [Yelene, Asmaa]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Quand sauvagerie rime avec vengeance... [Yelene, Asmaa]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Quand frapper rime avec jouer [PV Caleb]
» Quand bar rime avec bagarre! [Elijah - Logan]
» Sujet libre - Quand s'amuser rime avec tuer
» Quand "Tingapour" rime avec "nid de blurps"... [PV Lya, Nybelus, Shinzô, Keylo et Kirya'tylanhem]
» Quand on joue avec le feu, on se brûle.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Divine Comedy :: HRP :: Les archives :: [Intro] Lorsque la justice avait encore un sens...-
Sauter vers: