AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Cours Gaby, cours ! [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gabriel
-Modo-
Pi... ka... chuuu !!
-Modo-Pi... ka... chuuu !!
avatar

Age : 28

Background
Pouvoirs:
Statut: Rescapé de Firone
Niveau:
1/4  (1/4)
MessageSujet: Cours Gaby, cours ! [Libre]   Dim 28 Mar - 15:34

Fuir…

Passant par de nombreuses ruelles insalubres et sombres, le jeune homme fuyait encore, courant aussi vite qu’il le pouvait tout d’abord, avant de chercher à se fondre dans la masse, se faisant discret, et moins pressé, afin d’être moins suspect s’en écartant enfin, il se laissa glisser, dos contre un mur jusqu’au sol. Il soupira, soulagé d’avoir fini sa course et de ne pas avoir de problème… Tout du moins pour l’instant. Son nez saignait, il avait des douleurs au ventre, conséquence de coups prit dans une bagarre qui avait entrainé la fuite…

Comme chaque jour, il avait volé à l’étalage quelques fruits pour se nourrir, et dans sa fuite, avait eu le malheur de tomber sur un sérieux problème, trois agresseurs qui furent des plus intéressés par ses maigres possessions, comme quoi… Même un rien suffit à promouvoir la violence et le crime. Ils avaient commencé par le frapper, avant que ses facultés nouvelles ne fassent à nouveau des siennes, abattant l’un des trois sur place, grâce aux lignes électriques qui passaient à proximité et stoppant net les deux autres, surpris et soudainement effrayés, s’écartant du jeune homme qui ne s’attarda pas… Et le voila, pleurant à nouveau dans une ruelle, fatigué de cette situation…

Des bruits de pas se firent entendre, et quand il leva les yeux, il retrouva ses deux agresseurs, ils avaient réussi à le suivre et semblait demander vengeance pour leur camarade…


- On t’a retrouvé, enfoiré de monstre.

Un regard et il ne trouva pas de source de courant électrique… Cette fois, ça ne l’aiderait pas. Il se releva en vitesse et se mit à courir à nouveau, poursuivi de près. Si les gens le voyaient courir, il ne semblait y avoir personne pour l’aider, et s’il les tenait pour l’heure à distance, il ne tiendrait pas bien longtemps… Lui qui se voulait le plus discret possible, le voila bien en évidence, sortant de la masse et poursuivi par deux gorilles lui criant.

- Arrête toi vermine !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ayashen
-Admin-
J'fais c'ke j'veux avec mes cheveux
-Admin-J'fais c'ke j'veux avec mes cheveux
avatar

Age : 33

Background
Pouvoirs: Maitre de l'eau
Statut: Ex-Meneuse des rebelles
Niveau:
4/4  (4/4)
MessageSujet: Re: Cours Gaby, cours ! [Libre]   Dim 28 Mar - 20:00

Le temps s'écoulait plus lentement qu'ailleurs entre les hautes murailles de Firone. Les semaines paraissaient lunaisons qui elles-mêmes prenaient des allures d'années. Depuis combien de temps Ayashen n'avait-elle pas remis les pieds à Livia Maxima ? Elle était bien incapable de s'en souvenir à vrai dire. Mais une chose était certaine c'est que cette atmosphère saturée de présence humaine dans laquelle elle n'était qu'anonyme parmi tant d'autres lui avait quelque peu manquée ces derniers temps. Et cela même si elle ne pouvait pas l'apprécier à sa juste valeur comme au temps où elle était encore en mesure d'errer d'un quartier à l'autre en toute liberté. A présent elle étouffait sous une lourde cape de fourrure qui masquait en partie son visage à défaut de laisser la brise s'engouffrer dans le rouge intense de ses cheveux qui se démarquait dangereusement dans le paysage à l'heure où sa description circulait de bouche à oreille dans les moindres recoins de la cités. Elle écoutait en silence la rumeur qui la dénigrait sans ménagement.

Mais il y avait bien longtemps que la jeune Aimantaliste ne s'en formalisait plus.

Le chemin avait été long et parsemé d'embuches avant qu'elle ne parvienne à accepter ce qu'elle était et surtout ce qu'Aile n'était pas. Mais cela en avait valu la peine jusque là. Aujourd'hui l'Ailisse était devenue femme à part entière et "l'abomination" s'éveillait chaque jour plus certaine de ses choix qu'elle ne l'avait jamais été auparavant. Hyriel et elle avaient pris le partie de se dresser ouvertement contre les préceptes de l'armée et de sa si précieuse déesse et nombreux étaient ceux qui la bénissaient à son tour pour cela.

Bien qu'au fond ce fut ses propres intérêts qu'elle avait servi avant tout.

Le soleil s'élevait toujours plus haut à l'horizon et bientôt il lui faudrait rejoindre ses rangs au risque de se laisser surprendre par la nuit. Le labeur ne manquait pas à Firone et elle-même n'y rechapait que rarement. Elle était déjà là depuis la veille et son absence n'allait pas tarder à éveiller les inquiétudes. Il se trouve qu'Aya n'avait pas vraiment pour habitude de rendre compte de tous ses faits et gestes. C'est qu'elle aimait la liberté la demoiselle et n'avait pas l'intention d'y renoncer sous prétexte que tous attendaient ses instructions...

Bref, la meneuse de la rébellion s'apprêtait donc à rejoindre tranquillement la miteuse chambre qu'elle avait réussi à monnayer pour la nuit et ainsi se préparer à la longue traversé du désert qui l'attendait le soir même. Les bras chargés des provisions qu'elle avait troqué un peu plus tôt sur le marché, elle avançait d'un pas décidé malgré la capuche dans laquelle elle s'enfonçait autant qu'elle le pouvait et réduisait considérablement son champ de vision par la même occasion. Quand soudain quelque chose la percuta de plein fouet manquant de peu de lui faire perdre l'équilibre. Quelque chose ? Ou plutôt quelqu'un...

Elle rajusta rapidement son manteau avant de rétorquer hargneusement :

-Hého le morveux ! Regarde où tu mets les pi...

Sa phrase resta en suspend tandis que des vociférations se faisaient bruyamment entendre dans le dos du gamin.

Monstre ?...

Trop habituée à être l'objet de ce genre d'appellation, la réaction de l'Aimantaliste ne se fit guère attendre. D'un geste brusque de la main elle stoppa net les poursuivants dans leur course, figeant jusqu'à la moindre goutte de leur sang dans les méandres de leurs veines. Malgré l'envie qui la tiraillait, elle ne pouvait pour autant les laisser ainsi trop longtemps au risque d'attirer sur eux l'attention et accessoirement de les tuer "accidentellement". Mais ce dernier point, c'était limite la dernière de ses préoccupations de l'instant.

-Considère que tu n'as rien vu ou je te réserve le même sort !

Et croyez bien que l'ex-Ailisse l'aurait fait sans une once de remord. Ce n'était qu'un adolescent à l'air complètement paumé dans un monde qui ne laissait aucune place à la pitié. Il était certes déjà couvert d'ecchymoses, les cheveux sales et désordonnés et vêtu de frusques qui avaient manifestement faits largement leur temps. Mais elle savait ses ennemis nombreux et capables des pires bassesses de surcroit. A première vu elle aurait pu le prendre pour un Alguz. Elle avait rencontré des plus jeunes que lui, prêt à sacrifier le peu de dignité qu'il leur restait pour s'accorder les bonnes grâces de la déesse. Bien que celui-ci n'en ait pas les caractéristiques les plus évidentes.

Mais sait-on jamais après tout. Mieux valait prévenir que guérir, telle était l'une de ses devises préférée.

Cela dit, il serait sans doute temps d'aviser plus tard de toute façon. Du coin de l'œil, elle aperçut une patrouille qui se dirigeait dans leur direction, sans doute attiré par l'agitation ambiante qui commençait à se faire ressentir. C'est pourquoi elle saisit sa main sans plus de cérémonie et l'entraina avec elle dans le tumulte de la foule. Sans pour autant presser le pas plus que de raison.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriel
-Modo-
Pi... ka... chuuu !!
-Modo-Pi... ka... chuuu !!
avatar

Age : 28

Background
Pouvoirs:
Statut: Rescapé de Firone
Niveau:
1/4  (1/4)
MessageSujet: Re: Cours Gaby, cours ! [Libre]   Dim 28 Mar - 23:22

Tout s’était passé tellement vite… Il était là, continuant de courir, se frayant un chemin, non sans d’innombrables bousculades et protestations, tant dirigé contre lui que contre les deux hommes qui lui courraient après, sentant qu’il ne pourrait tenir guère plus de temps, perdant du terrain à chaque seconde, et il y eut cette femme…
Il s’était retourné brièvement, cherchant à voir l’avance qu’il lui restait, et quand il s’apprêtait à regarder à nouveau face à lui, il était trop tard. Il la percuta non sans violence, manquant de la faire tomber, mais renversant ses provisions, les dispersant à même le sol…
Il la regarda un bref instant avant que les vociférations ne l’invitent à reprendre sa course sans demander son reste, mais alors qu’il commençait à s’éloigner, une chose curieuse l’intima de se retourner… Le silence des deux hommes…

Quand il se retourna, il assista à une chose des plus étranges, les agresseurs étaient figés et la jeune femme semblait concentrer, attentive… Il ne fallut guère plus de temps que cela pour que son esprit fasse les rapprochements entre l’arrêt brutal et l’attitude de la femme… C’était une aimantaliste, comme lui… Enfin, pas tout à fait… Elle avait le contrôle de son don, elle l’avait accepté, du moins le vit-il ainsi… Mais comment pouvait-on accepter le rejet, ces conditions de vies ? Lui ne pouvait le comprendre, le refusait.

Elle lui jeta alors un regard critique, et il pouvait en admettre les raisons… Ces nombreuses journées dans des conditions indécentes avaient amené le jeune garçon à des extrêmes de saletés bien difficile à égaler, enfin, peut-être pas ici, à Cylardem. Et ces mots… Tout, de la voix au sens lui provoquèrent un frisson qui parcouru tout ton corps, c’était vraiment effrayant, plus encore que ces deux gorilles, car elle, elle avait des pouvoirs qui dépassaient de loin même son imagination, et elle est débordante.

Son attention se porta ailleurs, et son regard suivit le sien, repérant une patrouille en approche et, alors qu’il s’apprêtait à partir de son propre côté, il sentit bientôt la jeune femme se saisir de sa main, l’entrainant avec lui dans la foule compact du marché, d’abord à cadence élevée, puis très vite, les pas furent modérés, innocent. Il soupira, n’osant pas même tenter de se dégager, quand il comprit que la poursuite était terminée, mais la femme représentait une suite à l’évènement inattendue, et alors qu’ils continuaient de progresser, s’éloignant autant que possible de l’endroit où avait eu lieu la scène, il se demanda si cette suite là était bien meilleure.

Nombreuses furent les minutes durant lesquelles il ne dit absolument rien, se contentant de suivre le rythme, de peur de la voir s’énerver et lui faire la Déesse seule sait quoi avec ses pouvoirs mystérieux… Et puis, il y avait des mots à ne pas prononcer dans une foule, surtout dans leur situation, aussi attendit-il qu’ils furent plus à l’écart du gros de la foule pour enfin prendre la parole, d’abord timidement, mal assuré.

- Je… Je vous remercie, pour m’avoir sauvé j’veux dire… J’imagine même pas c’qu’ils m’auraient fais sans vous…

Ce à quoi il ajouta plus bas, et plus timidement encore.

- Vous en êtes une aussi… C’est ça ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ayashen
-Admin-
J'fais c'ke j'veux avec mes cheveux
-Admin-J'fais c'ke j'veux avec mes cheveux
avatar

Age : 33

Background
Pouvoirs: Maitre de l'eau
Statut: Ex-Meneuse des rebelles
Niveau:
4/4  (4/4)
MessageSujet: Re: Cours Gaby, cours ! [Libre]   Lun 29 Mar - 2:14

Il y avait des situations qui avaient le don de laisser resurgir le mauvais coté d'Ayashen plus que d'autres. Et faire une brillante démonstration de ses capacités en publique arrivait justement en bonne place du classement. Surtout sans bonne raison digne de ce nom. Pourquoi ? Voilà ce qui résumait parfaitement le fond de ses pensées alors qu'elle avançait au travers de la foule en trainant un gamin inconnu derrière elle. Pourquoi ne l'avait-elle pas abandonné à son sort ? Mais comme souvent, elle avait oublié de réfléchir aux conséquences de ses actes. Elle n'était pas prête de revenir à Livia Maxima de si tôt, pas toute seule en tous cas. Car qui sait ce qu'entrainera ses fautes la prochaine fois.

Quelques rapides regards en arrière lui indiquèrent que personne n'avait remarqué sa présence et c'était au moins cela de gagner. Mais elle devait maintenant composer avec le témoin numéro 1 qu'elle avait eu la bonne idée de sauver. Elle ne porta sur lui le carmin de ses yeux que pour entendre les remerciements qu'il avait formulé d'un ton si bas qu'il l'obligeait à tendre l'oreille. Avant de secouer la tête en soupirant bruyamment. Tant de naïveté, n'était-ce pas touchant ? Cela aurait pu si elle ne le tenait pas pour responsable des événements qui l'avaient mise en mauvaise posture malgré elle. En revanche la dernière phrase qu'elle faillit bien ne pas saisir dans le brouhaha incessant, électrisa subitement sa colonne vertébrale. Sa main se crispa sur la sienne tandis qu'elle répondait, non sans une bonne dose de désappointement dans le ton de sa voix.

-Je ne suis rien du tout, ni personne ! Mets toi bien ça dans le crane !

Évidement elle pouvait nier autant qu'elle le souhaitait, il n'avait rien loupé de la scène et cela compliquait grandement les choses pour Aya et son besoin vital de discrétion. Par contre le mot "aussi" qu'il avait employé, bien qu'elle n'en saisisse pas immédiatement le sens, plaidait tout de même en sa faveur et éveillait un tant soit peu son attention. Une aussi quoi, au juste ? Paria de la société ? Blasphème vivante et danger publique à abattre sans sommation ? Non, elle n'était rien de tout cela, du moins ce n'était pas ainsi qu'elle voyait les choses... Elle n'était qu'Ayashen, fille de bonne famille promue à un brillant avenir sous la bénédiction de la déesse... Et finalement ce n'était pas elle qui avait subi le plus de changements depuis qu'elle était devenue Aimantaliste, mais bien les autres et leur vision étriquée du monde dans lequel ils vivaient.

Pour autant, elle ne pensait pas être en mesure d'ouvrir les yeux du peuple Livien à elle seule et Firone était justement né de cette certitude...

Mais pour le moment sa priorité absolue restait de fuir les oreilles indiscrètes. Elle resserra donc encore un peu son étreinte comme pour lui faire passer toute éventuelle envie de lui fausser compagnie, avant de bifurquer brutalement vers une ruelle étroite et mal odorante. L'Aimantaliste s'y engouffra d'un pas décidé et finit par se stopper quelques mètres plus loin pour saisir le jeune imprudent par les épaules.

-Bon admettons, que j'en sois une aussi, comme tu dis... Mais qu'est-ce que tu es au juste ?

Il lui avait certes déjà suggéré leur nature commune mais elle avait besoin de l'entendre avec ses propres mots. Elle ne voulait pas être celle qui prononcerait la terrible vérité à voix haute. Il était si facile de mentir, de prétendre être ce que l'on est pas. Elle se concentrait sur les expressions de son visage dans l'espoir d'y déceler la vérité mais elle n'y voyait rien de plus que la peur. Que ce soit d'elle-même ou d'autre chose, même cela elle ne le définissait pas vraiment. Elle le relâcha alors, présageant qu'il était on ne peut plus vain d'insister sur ce point et elle doutait qu'il ait survécu suffisamment longtemps pour être en mesure de lui prouver ses dires sur simple demande.

Il ne lui restait donc pas trente six solutions pour en avoir le cœur net.

Avec un peu de chance la combinaison de leur deux éléments serait parmi les plus discrètes du genre. Non pas qu'elle en ait testé toutes les subtilités jusqu'à maintenant mais elle maitrisait suffisamment son don pour gérer la chose quelle qu'elle fut. Elle balaya la ruelle du regard pour s'assurer qu'elle n'abritait pas de présences indésirables, puis lui tendit une main, qu'elle voulait plus avenante que précédemment et demanda plus calmement cette fois :

-Quel est ton élément ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriel
-Modo-
Pi... ka... chuuu !!
-Modo-Pi... ka... chuuu !!
avatar

Age : 28

Background
Pouvoirs:
Statut: Rescapé de Firone
Niveau:
1/4  (1/4)
MessageSujet: Re: Cours Gaby, cours ! [Libre]   Lun 29 Mar - 9:41

Il ignorait tout de cette jeune femme, mais sur l’instant, il se demanda si il n’aurait pas mieux fais d’affronter les Ailisses plutôt que de la suivre, mais en fait, l’augmentation de la pression sur sa main lui rappelait qu’il n’avait pas le choix, qu’il était contraint de le faire, aussi la question ne se posait plus, et ce mauvais caractère, cette agressivité certaine alliée à cette faculté, dont il ignorait les principes, mais dont il avait vu les effets, cela provoqua un nouveau frisson, et, telle la tortue, il parut sur l’instant rentrer la tête dans ses épaules, comme si s’eut avoir un impact quelconque.

Il eut l’envie de penser qu’il était un peu comme elle, mais pas dans le même sens, puisqu’elle fuyait sa question plus qu’elle n’y répondit… Mais l’idée même de n’être rien, ni personne, ça avait été un bon moyen de le rappeler à sa propre condition de jeune ombre mendiante et foudroyante du Cylardem.
La pression augmenta encore, et c’est avec inquiétude qu’il sentait une douleur significative… Le sang avait du mal à circuler, et immédiatement, dans l’esprit débordant d’imagination, il se voyait contraint de trancher sa main, faute de pouvoir encore l’utiliser, mais toute ces idées cessèrent quand elle le relacha, pour replacer ses mains sur ses épaules, se tenant face à lui dans une sordide ruelle… Il y avait sans doute déjà dormi, d’ailleurs.

Elle l’effrayait, et il fut rendue incapable de lui répondre, pour bien des raisons… Mais la peur de la jeune femme fut bien vite remplacée par une bien pire, celle de ses facultés… Point de ligne électrique dans le secteur, mais le corps humain en produisait non ? Il avait peur que par peur, ses pouvoirs ne touchent et blessent la première de sa « race » qu’il croisait… Stupide serpent qui se mord la queue, n’est-ce pas ?
Elle semblait chercher dans ce regard de jeune garçon cherchant à modérer sa peur comme il pouvait malgré la situation et l’enchainement d’évènements pour y lire une réponse à sa question, mais elle ne semblait rien trouver, aussi fut-il déçu par lui-même, il fallait qu’il se ressaisisse, c’est un homme, bon sang !
Le ton plus calme qu’elle aborda, l’absence de pression sur ses épaules et la main tendue semblaient un cocktail plus chaleureux et rassurant, et quand il eut déglutit et secoué la tête pour se reprendre, il put enfin répondre, toujours timidement, baissant les yeux par honte avant de dire toujours si bas.


- J’suis désolé… Vous m’faisiez peur et j’voulais pas vous faire mal…

Si les excuses étaient un signe de faiblesse, alors il était vraiment pitoyable, il ajouta ensuite, ne comprenant pas bien le sens de la main tendue, mais trouvant nécessaire de répondre.

- Je suis un… aimantaliste, oui, c’est comme ça que ça se nomme… Un monstre, une vermine, une abomination si vous préférez… J’en ai entendu tellement de toute manière… Pour mon élément euh… La foudre je crois… Oui, c’est ça, la foudre.

Dans ses mots, le ton avait changé, d’abord sombre, plein de mauvais souvenir et de rancœur quant à sa nature, il passa à l’hésitation puis à la conviction, enfin, appuyant ses derniers mots d’un mouvement de la tête.
Il releva les yeux vers elle, et reprit de plus belle, toujours timide, mais ne marmonnant plus autant.

- Vous êtes la première que j’croise… Ça fait bizarre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ayashen
-Admin-
J'fais c'ke j'veux avec mes cheveux
-Admin-J'fais c'ke j'veux avec mes cheveux
avatar

Age : 33

Background
Pouvoirs: Maitre de l'eau
Statut: Ex-Meneuse des rebelles
Niveau:
4/4  (4/4)
MessageSujet: Re: Cours Gaby, cours ! [Libre]   Mar 30 Mar - 1:20

Le jeune garçon avait tout l'air d'atteindre des bas-fond d'éloquence et de courage. Les attitudes figées dans le marbre sur lequel il semblait déjà avoir gravé son propre épitaphe. Ses rares mots l'agressaient et la blessaient comme autant de coups de poignards qu'elle n'avait déjà que trop encaissé. Ayashen l'aurait volontiers giflé en cet instant, histoire de lui remettre les idées en place mais elle n'en fit rien. Car elle ne pouvait pour autant lui en vouloir tant les calomnies de ce genre avaient finie par intégrer le langage courant ces dernières années. Mais avouez tout de même que de tel propos prononcés par quelqu'un qui se prétendait embarqué dans le même bateau, avaient de quoi mettre hors de soi n'importe qui et d'autant plus la jeune Aimantaliste au caractère bien trempé.

Elle le foudroyait littéralement du regard, l'exhortant à plus de considération, aussi bien pour lui-même que pour celle qui avait au moins un tant soit peu le pouvoir de le sortir de la fange dans laquelle il finirait par se noyer avec le temps.

-Relève la tête ! T'es un homme ou pas ?! Soit fier de ce don qui fait maintenant partie de toi ! Ou tu ne feras pas d'vieux os tu peux me croire...

A condition qu'il dise vrai, bien sûr. Ce qu'elle avait envie de croire mais ne pouvait pour autant faire aveuglément. Il lui fallait en obtenir la preuve concrète avant toute décision trop hâtive. C'était la formalité nécessaire qu'elle se devait d'accomplir en bonne représentante de Firone qu'elle était. Et pour la première fois depuis le début de cette rencontre fortuite, l'élément qu'il prétendait détenir facilitait grandement la tache. Tout d'abord parce qu'elle avait déjà eu tout le loisir d'expérimenter le phénomène auprès des quelques Aimantalistes de la foudre qui peuplaient le village. Mais aussi parce qu'elle savait les effets suffisamment bénéfiques pour en user sans modération.

-Bon j'imagine que pour le moment tu dois le maudire de toute ton âme mais tu verras qu'un jour tu en maitrisera tellement les secrets que la peur elle-même ne sera plus qu'un lointain souvenir.

L'une de ses mains vint se saisir de la sienne avec le peu de douceur dont elle était capable. Elle s'appliquait du mieux qu'elle pouvait à ne pas l'effrayer d'avantage. Même s'il était sans doute déjà trop tard pour cela. La finesse de ses doigts effleurât sans autre forme d'explication la peau écorchée du gamin Aimantaliste et aussitôt la magie opérât dans un léger halo de lumière salvatrice. Chaques plaies, chaques nuances bleutés disparurent mystérieusement comme si elles n'avaient jamais existé autre part que dans des imaginations trop fertiles.

-Qu'est-ce que t'en pense ? C'est pas super cool ça ?

Cette fois c'était un véritable sourire ravi qu'elle affichait à l'intention du jeune homme. La situation venait subitement de prendre un nouveau tournant qui lui plaisait bien au final. Bon ok elle allait désormais se sentir obligée de trainer ce qu'elle présageait n'être pour un temps qu'un boulet jusqu'à Firone mais à long terme le dit boulet pourrait s'avérer fort utile dans la guerre qui ne manquerait pas d'éclater un jour ou l'autre au rythme où les étapes se succédaient... Enfin il y avait encore pas mal de boulot concernant le petit -pas si petit- qu'elle venait de découvrir nettement plus intéressant qu'avant et qu'elle ne pouvait décemment plus laisser ainsi à l'abandon. Pas maintenant et pas comme ça. Elle aussi en était passée par là après tout... ou en tous cas pas si loin.

Mais chaque chose en son temps et pour le moment elle n'avait d'autre choix que de dégainer les plus petites parcelles d'altruisme qui subsistaient encore en elle pour en faire étalage à l'encontre de ses habitudes.

-C'est ton jour de chance, on dirait... Je m'appelle Ayashen mais tu peux m'appeler Aya ! Vu qu'on va surement se supporter encore un bon moment.

Chassez le naturel et il revient au galop, n'est-ce pas ?

-Alors fais moi plaisir ! Arrête de geindre et suis moi ! Tu verras que les Aimantalistes, c'est pas c'qui manque là où on va...

La jeune femme s'était remise en route, s'enfonçant encore plus loin dans la ruelle, sûre de sa destination et du chemin qu'elle empruntait. Effectivement les quelques affaires qu'elle avait laissé à l'hôtel ne seraient sans doute pas de trop pour le voyage qui s'annonçait.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriel
-Modo-
Pi... ka... chuuu !!
-Modo-Pi... ka... chuuu !!
avatar

Age : 28

Background
Pouvoirs:
Statut: Rescapé de Firone
Niveau:
1/4  (1/4)
MessageSujet: Re: Cours Gaby, cours ! [Libre]   Jeu 1 Avr - 14:53

Il n’était pas très courageux… Tout du moins avait-il préféré la fuite et le rejet au combat… Refusant une réalité qu’il devait admettre, mais pas forcément vivre, pas comme ça. Il fit ce qu’elle lui demanda, relevant la tête et la défiant d’un regard à ses mots… Prenant sur lui de ne pas s’échapper encore, affrontant pour la première fois une personne infiniment plus forte que lui, tant dans sa maîtrise des pouvoirs que dans son caractère, il ne voulait se résoudre à trembler devant ces mots qui ne trouvaient pas de sens à ses yeux.
Un don ? Ces facultés ? Dans quel monde ? Pas celui de cette ville, non… Surtout pas dans ce monde ci, où il était devenu un paria, rejeté de la société, de ses amis, de sa famille, le trainant dans la boue, menaçant même de le dénoncer afin qu’il soit exécuté. Est-ce que c’était vraiment un don ? Non ! Pure connerie que de dire cela, des bêtises sans aucun sens ! Il ne dit pourtant rien, s’attachant à la reconnaissance qu’il avait d’avoir été sauvé, mais ce n’est pas l’envie qui lui fit défaut en cet instant… Il devait se reprendre, ne pas céder à la colère, de peur de lui faire du tord, comme c’était déjà arrivé auparavant, et le fait qu’elle admette la possibilité de voir ce don comme une malédiction, pour l’instant, l’aida bien dans sa tâche. Au moins pouvait elle comprendre et accepter sa position des plus désagréables envers ce « don », mais c’était peu surprenant, après tout, elle l’avait connu avant lui.

Elle offrit néanmoins une perspective qu’il n’avait pas même osé imaginer… Maitriser son talent. Elle avait réussi, elle… Alors pourquoi pas lui ? Avec la maitrise, jamais plus il ne mettrait en danger qui que ce soit, et si il se refusait à s’embarquer dans une guerre ouverte contre ceux qui l’ont rejeté, il aurait au moins la certitude de ne plus blesser accidentellement, à cause de sa peur, de sa colère, des gens innocents, tout du moins, ne méritant pas un tel sort. Mais pas un son ne sortit de sa bouche, il n’osait pas répondre, ne savait pas quoi répondre… D’abord révolté à l’idée qu’on définisse ce talent incontrôlable comme un don, le voila se faisant un film bien différent de celui de clochard paria trainant dans la boue et mourant seul dans une ruelle…

Elle prit sa main, se faisant plus délicate et douce qu’elle ne put le paraitre jusqu’alors, bousculant un Gabriel qui essayait de comprendre celle qui se trouvait devant lui… Et il fut d’autant plus bousculé par ce qu’elle fit… Une nouvelle démonstration des facultés, mais cette fois, il n’y avait pas cette unique manifestation agressive, offensive, nuisible… Les plaies, sa peau écorchée virent passer un halo lumineux, et au-delà de son passage, quand enfin elle s’atténua jusqu’à disparaitre, elle laissait la peau dénuée de ses blessures, ce qui le surprit. Quand elle lui demanda ce qu’il en pensait, elle put dans sa réponse comprendre sa vision de ses pouvoirs.


- Alors ils ne servent pas qu’à faire du mal… C’est super en effet, vraiment super.

Il était encore timide, la voix basse, pensif devant cette découverte, mais plus rassuré qu’auparavant de cette perspective de maitriser ses dons, si il ne bondissait pas de joie, sa voix laissait supposer beaucoup de sincérité. Quoiqu’il voyait mal la foudre aider les gens… A moins d’un arrêt cardiaque où il pourrait faire office de défibrillateur organique, ou de piles électriques en cas de besoin en énergie… Mais au moins, des soins étaient nés de son pouvoir, même si c’était sans doute du fait de l’Aimantaliste qu’il avait en face de lui, pas du sien.
Il reprit confiance en lui, et en elle quand elle lui sourit, elle semblait plus sympathique, agréable qu’auparavant, et cela lui suffisait pour ne plus être en colère contre elle, malgré ses paroles précédentes. A sa présentation, retenant son nom, il répondit par la sienne.


- Euh… Moi c’est Gabriel, enchanté.

Il releva qu’après coup le fait qu’ils devraient se supporter un moment, et la suite lui offrit d’autres détails. Il prit conscience qu’au moment où elle se remit en route, elle n’avait pas pris la peine de lui demander son choix, si oui ou non, il voulait la suivre. Il attendit quelques secondes… Cette vie courte de clochard, à vivre au jour le jour, avec des pouvoirs destructeurs et incontrôlables, rejetés… Ou bien… Quoi au juste ? Il l’ignorait, tout ce qu’il savait, c’était qu’il serait accepté et aidé, là où elle comptait l’emmener, et peut-être le savait-elle déjà. Peut-être était-ce pour ça qu’elle ne lui avait pas demandé… Il n’y avait pas lieu de se questionner, finalement.

Il décida finalement de la suivre, d’abord une petite foulée, puis il se calla sur son rythme de marche, osant poser une question, avec plus d’assurance qu’il y a quelques instants.


- Dites… Aya… Où comptez-vous m’emmener ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ayashen
-Admin-
J'fais c'ke j'veux avec mes cheveux
-Admin-J'fais c'ke j'veux avec mes cheveux
avatar

Age : 33

Background
Pouvoirs: Maitre de l'eau
Statut: Ex-Meneuse des rebelles
Niveau:
4/4  (4/4)
MessageSujet: Re: Cours Gaby, cours ! [Libre]   Dim 4 Avr - 2:46

Bien sûr que non, leurs pouvoirs ne servaient pas qu'à faire le mal... C'était grotesque et digne des pensées qu'elle aurait pu avoir lorsqu'elle était encore la dévouée servante de la déesse. Aya leva les yeux au ciel, désespérée devant tant d'ignorance. Mais venant de lui, plus rien ne l'étonnait à vrai dire. Elle aussi avait eu du mal à s'en convaincre au début. Mais ça elle semblait l'avoir totalement oublié depuis...

-Tu verras que les possibilités sont nombreuses... Les éléments peuvent être utilisés à bon escient, comme utiles ou protecteurs par exemple... malgré ce que la propagande veut bien nous faire croire...

La jeune M serra quelque peu les dents aux derniers mots qu'elle avait prononcé, laissant transparaitre toute la hargne que cela lui inspirait. Ayashen était rancunière, ce n'était un secret pour personne, tellement qu'elle-même était l'une des premières à l'admettre. Ses accès de fureur destructrice étaient presque devenues légendaires. Le commun des mortels ne retenant que le sang et les larmes qu'elle avait laissé derrière elle à LM et abreuvant leur terreur des horribles histoires qui couraient sur le compte des Aimantalistes.

Alors qu'elle était tellement plus que cela désormais...

-Nous allons quelque part où tout est différent... Et qui va radicalement changer ta vie tu peux me croire

Et tandis qu'ils arrivaient sur le parvis de l'hôtel, elle ajouta :

-Je ne peux pas vraiment t'en dire plus pour le moment. Mais fais-moi confiance, tu le regretteras pas...

Elle ne lui souriait qu'à peine, préférant user de mesure avec un être tel que lui. Inutile de préciser qu'elle n'avait pas la moindre trace d'instinct maternel à proprement parlé. Tout au plus était-elle capable de sympathie lorsqu'elle le jugeait nécessaire et c'était justement le moment ou jamais. Mais encore faudrait-il qu'elle en ait conscience.

-A moins que t'ai mieux à faire peut être.

Ce n'était pas une question, tout juste la marque d'une autorité excessive dont elle était en outre bien incapable de se défaire. Elle n'avait ni le temps, ni l'envie de se démener à le convaincre malgré les doutes on ne peut plus normaux qui devaient le tirailler. Car après tout c'est pour l'aider lui, qu'elle le faisait avant tout. Elle n'avait aucune certitude qu'il parvienne un jour à quitter ses appréhensions pour devenir quelqu'un à part entière. Et dans tous les cas, pas dans un avenir proche c'était certain. Quoi qu'il en soit elle ne voyait pas tellement quelle autre alternative il aurait éventuellement trouver plus enviable.

Voilà pourquoi elle ne lui laissait guère d'autre choix que de la suivre sans poser de questions inutiles.

Ayashen entra finalement dans l'hôtel et constata bien vite que le hall était désert. Mais au lieu de prévenir le réceptionniste de sa présence, elle préféra se servir elle-même en passant furtivement derrière le comptoir. Sans bruit, elle attrapa les clés de sa chambre et disparut rapidement dans les escaliers menant à l'étage. Elle accéléra finalement le pas pour entrer dans la pièce le plus discrètement possible.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriel
-Modo-
Pi... ka... chuuu !!
-Modo-Pi... ka... chuuu !!
avatar

Age : 28

Background
Pouvoirs:
Statut: Rescapé de Firone
Niveau:
1/4  (1/4)
MessageSujet: Re: Cours Gaby, cours ! [Libre]   Lun 5 Avr - 11:01

Ayashen semblait penser que ce sont les échos des voix qui avaient formé son opinion sur ses pouvoirs, leurs usages, et leurs dangers, mais on ne saurait être plus éloigné de la vérité. Qu’importe la propagande : Qu’importe le racisme ambiant apportait haine et mépris, véritable chasse aux sorcières orchestrées par les Ailisses, là n’était que ce qui le poussait à la discrétion, à se terrer. Non… Mais les voyous gisant, paralysés voir même mort, d’avoir tenté leurs chances contre lui, l’effrayant avant de voir s’abattre la foudre sur eux… Et les brûlures demeurant sur son propre corps… Depuis qu’il les avait, ils l’avaient protégé, c’était certain, mais à quel prix ? Jamais il n’avait souhaité attaqué et faire plus de tord que nécessaire pour sa sécurité. C’était de ce constat que tout était né…

- Ce n’est pas à cause de la propagande que je dis ça… J’ai blessé et tué de nombreuses personnes sans jamais le vouloir… Ils m’ont protégé certes… Mais jamais sans violence, c’est pour ça que je demande ça.

Un endroit qui va radicalement changer sa vie ? Il eut un regard autour de lui tout en continuant à marcher… Il n’était pas bien compliquer de changer le peu qu’il restait de ce semblant de vie, aussi put-il la croire sur parole, après tout, elle était une M elle aussi, et elle avait déjà changé sa vision des pouvoirs, du moins, dans leur ensemble… Il continuait d’être convaincu qu’à moins d’être reconverti en défibrillateur, ou d’être associé avec Aya par exemple… La Foudre n’amènerait à rien de bon.

Elle lui demanda, sans sourire, à peine un poil de sympathie bien dissimulé devant une montagne d’autorité, de lui faire confiance, sans lui en dire d’avantage, c’était suffisant en fait… Car n’importe où ailleurs que dans cet enfer urbain lui conviendrait, même l’inconnu le plus total proposer par une femme qui l’aurait sans doute dévoré si elle avait eut les crocs et le cannibalisme qui va avec. C’est pourquoi, quand elle lui laissa un semblant de choix, si il avait autre chose de mieux à faire, il répondit simplement.


- Rien ne me retient dans cette ville de toute manière.

Pendant un instant, pour cette phrase, on aurait pu voir ce qu’il avait été autrefois, assuré et sans doute aucun, sans aucune peur, convaincu et déterminé dans ses choix. Il la suivrait, car c’était le mieux à faire, ce qu’il lui restait de plus encourageant comme solution. Puis qui sait, avec la maitrise de la foudre viendrait l’utilité à ceux qui représentaient finalement les siens, plus que ne l’était les humains à présent.
Quand ils entrèrent dans l’hotel dont le hall était désert, le receptionniste sans doute ayant prit une pause, voyant l’absence de clients à l’acceuil, il ne dit rien, ne jugea même pas Ayashen quand elle s’empara par elle-même d’une clé, il avait tant volé, et puis… Ici la nécessité fait loi.
Il se contenta d’accélérer comme elle vers les escaliers, disparaissant également à la vue éventuelle de l’employé revenu à son poste, la suivant jusque dans la pièce et découvrit la chambre presque avec émerveillement… Cela faisait trop longtemps à son goût qu’il n’avait pas goûté à un tel luxe, mais pourtant, il ne se permit aucune joie démesurée… D’abord pour ne pas avertir l’hotel, et ensuite, parce que l’autorité d’Ayashen aurait refroidi la scène.


- Cela fait longtemps que je n’ai pas profité d’un tel confort.

Dit il simplement, calmement et un peu moins timidement que ce qu’il avait montré jusque là, se laissant tomber dans un fauteuil. Il tourna la tête vers Ayashen avant de demander simplement.

- Quand partirons-nous ?

La perspective de partir l’avait finalement rendu impatient, lui qui montrait tant de frayeurs souhaitaient pourtant que cette ville demeure au plus vite dans ses souvenirs, et recommencer autre chose ailleurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ayashen
-Admin-
J'fais c'ke j'veux avec mes cheveux
-Admin-J'fais c'ke j'veux avec mes cheveux
avatar

Age : 33

Background
Pouvoirs: Maitre de l'eau
Statut: Ex-Meneuse des rebelles
Niveau:
4/4  (4/4)
MessageSujet: Re: Cours Gaby, cours ! [Libre]   Jeu 8 Avr - 13:14

Confort !? Houla, le petit était encore plus irrécupérable que ce qu'elle avait cru de prime abord. En plus d'éloquence et de courage, il manquait sérieusement de discernement. Mais il n'y avait rien d'étonnant à cela, après tout elle l'avait ramassé dans les rues de Cylardem. Quatre murs, un toit et un lit devait lui paraître le jardin d'Eden à coté des ordures et de la vermines qui peuplaient le quartier populaire de Livia Maxima. Ayashen s'abstint de tous commentaires qui auraient pu sembler désobligeants au jeune SDF. A vrai dire ce genre de chambres miteuses avaient plutôt tendance à lui coller la nausée, au propre comme au figuré. Elle qui avait grandit dans le luxe et l'opulence, qui s'était contentée les trois quart de sa vie de jeter ses vêtements sales sur le sol pour qu'on s'empresse de venir les ramasser et d'un simple claquement doigts que l'on rajoute quelques bûches dans l'imposante cheminée de sa chambre qui aurait pu contenir aisément trois ou quatre fois la superficie de celle-ci. Bien sûr, tout cela faisait partie des décombres d'une vie qui était désormais bien trop lointaine pour qu'elle ne puisse la regretter mais elle n'avait pas vraiment réussie à s'en défaire pour autant.

-Nous partirons dès que tu auras fini d'admirer la "beauté" des lieux, mais le plus tôt serait le mieux.

La jeune femme arpenta rapidement la ruelle du regard au travers du verre crasseux de la fenêtre avant de poser le rouge de ses yeux sur le ciel. Elle avait hâte de rentrer chez elle, de prendre une bonne douche bien chaude et de siroter un café vautrée dans son canapé avant de rejoindre des draps propres.

-Vu l'heure nous allons surement devoir camper dans le désert.

Et cette idée ne la réjouissait pas vraiment. Le désert était dangereux, plus encore que les coupes-gorges de Cylardem. Lorsque ce n'était pas le climat et la fatigue qui avaient raison de vous, c'était les Sîns patrouillant dans le secteur ou les bêtes sauvages qui vous accueillaient à leur manière, pas les plus tendres cela va sans dire. Ayashen allait devoir veiller toute la nuit pour pallier à toutes éventualités et cela tombait plutôt bien car elle n'avait pas prévue de bivouaque pour deux.

Elle revint vers le centre de la pièce pour tirer un vieux sac de toile de dessous le lit. L'inventaire en était aisé puisque invariable et elle constata avec soulagement que rien ne maquait à l'appel. Son éternelle arbalète, une couverture et quelques provisions, ajoutez y la dague et le briquet qu'elle portait sur elle et le tour était joué. Elle avait appris à ne pas s'encombrer plus que nécessaire et à privilégier le système D si besoin. Le kit de survie du bon fugitif en somme.

-Mais avant il va falloir quitter la ville sans se faire remarquer, tu te sens prêt pour ça ?

Elle posa le tout sur le lit et en tira une belle pomme à la robe luisante pour la jeter entre les mains de Gabriel. Il était maigre à faire peur mais elle ne s'en formalisait pas, présageant qu'il reprendrait bien vite du poil de la bête une fois installé à Firone. Tout comme ses pouvoirs instables ne seraient plus un problème une fois qu'elle l'aura placé entre les mains d'un bon pédagogue. La patience de Yelene serait surement parfaite pour cela, en plus de son élément électrique qu'elle connaissait maintenant sur le bout des ongles.

Mais en attendant ce serait à Aya de gérer les sautes d'humeur du garçon et pour être honnête elle ne se sentait pas vraiment à la hauteur de la tache. Écouter, comprendre et rassurer, c'était tout simplement bien au dessus de ses moyens. Heureusement qu'elle ne manquait pas de ressource pour compenser son manque d'empathie notoire.

-Au pire tu n'as qu'à me garder à portée de mains... Tu te souviens de ce que je t'ai montré tout à l'heure ? Ça pourra servir d'inhibiteur en cas de besoin, ne l'oublie pas.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriel
-Modo-
Pi... ka... chuuu !!
-Modo-Pi... ka... chuuu !!
avatar

Age : 28

Background
Pouvoirs:
Statut: Rescapé de Firone
Niveau:
1/4  (1/4)
MessageSujet: Re: Cours Gaby, cours ! [Libre]   Jeu 8 Avr - 13:47

Elle était d’un autre milieu, c’était certain… Il le sentit à sa façon de répondre et de réagir à la découverte d’un lieu médiocre qui paraissait tellement pour celui qui avait vécut des journées et des nuits difficiles dans la merde et la médiocrité, le danger constant que représentait les ruelles de Cylardem… Pouvait-elle comprendre ce que cela représentait pour lui ? Sans doute pas non, malgré sa condition de fugitif.
Aussi, quand elle lui répondit que la condition du départ serait le moment où il aurait fini de savourer le « luxe », et bien sûr, il se contenta de répondre posément, calmement mais toujours timidement face à elle.

« Quand vous voulez… »

Puis elle parla de camper dans le désert, et c’est à cet instant qu’il comprit vraiment qu’il s’embarquait dans un voyage pour l’inconnu… Il n’avait jamais été au-delà des murs de Livia M, alors imaginé arpenter le désert… C’était dur à faire, surtout pour lui, mais il était décidé… Décidé à quitter cette ville, décidé à recommencer quelque chose, quoique ce soit, là où elle l’emmènera.
Apparemment, cette idée semblait déplaisante, même pour elle, et sans qu’il put imaginer le détail, il savait qu’il y avait de grands risques, et des dangers là, sur cette route et dans ce choix… Mais il y en avait à rester ici… Car viendra un jour où ses pertes de contrôles tueront, mais qu’il y aura témoin, et que finalement les ailisses pourront le traquer et le tuer sans souci… Quitter un danger pour un autre, ce n’était pas problématique, juste une autre façon de mourir, qu’il ne pouvait pas même imaginer.

Elle sortit de dessous le lit un sac de toile contenant un inventaire léger mais sans doute contenant le nécessaire à la traversée, quelque soit l’aboutissement du voyage, et quand elle lui posa une question, portant sur sa discrétion, il lui répondit simplement.

« Je… Je pense en être capable… Je ne suis pas quelqu’un qu’on remarque… Tant que je ne fais pas une crise. »

Et à peine eut-il finit de répondre qu’elle lui jeta une belle pomme, de celle qu’on ne pourrait imaginer trouver en une vie à Cylardem, et dans laquelle il s’empressa de croquer après avoir remercié Ayashen, savourant chaque bouchée, chaque morceau délicieux et sucré glissant dans sa bouche et dans sa gorge… C’était un délice sans nom, indescriptible pour lui.

« Oui… Je garderais cela à l’esprit, ne vous inquiétez pas… Je… Je saurais surmonter ma peur. »

Une chose, une pensée saura contrarier la peur qu’il puisse ressentir… L’instinct de survie, le souci pour Ayashen et enfin, son désir de quitter Cylardem… Tout cela, ce serait ses outils quand viendrait le moment d’affronter la terreur des ailisses à proximité, et la crainte d’être prise à partie, ou même d’éclater à cette seule idée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ayashen
-Admin-
J'fais c'ke j'veux avec mes cheveux
-Admin-J'fais c'ke j'veux avec mes cheveux
avatar

Age : 33

Background
Pouvoirs: Maitre de l'eau
Statut: Ex-Meneuse des rebelles
Niveau:
4/4  (4/4)
MessageSujet: Re: Cours Gaby, cours ! [Libre]   Sam 10 Avr - 23:41

Il était temps de partir dans ce cas.
Temps de ramener le jeune M de foudre à Firone. Le changement allait surement lui paraître un peu abrupte au départ mais il lui serait aussi grandement bénéfique, songea-t-elle en l'observant dévorer cette pomme comme s'il s'agissait du nectar des dieux. Effectivement, Ayashen avait le plus grand mal à se mettre sur la même longueur d'onde. Même si elle avait aussi connu la précarité et le mépris, pas un seul instant elle n'avait abandonné l'espoir de vivre normalement. Elle avait gardé confiance en elle et s'était battue corps et âme avec une rage de vivre insoupçonnée. Mais il ne fallait pas non plus se leurrer. Sans Hyriel à ses cotés elle n'aurait sans doute pas fait long feu en tant qu'Aimantaliste et elle espérait sincèrement que Gabriel puisse trouver à Firone le soutien qu'elle serait de toute façon incapable de lui donner.

-Je voudrais pas te presser mais des fruits tels que celui-ci, il y en a des tonnes à Firone. Une fois là bas tu auras ta part comme tout le monde.

Le ton et l'attitude de la meneuse se calmait à l'approche imminente du départ et la perspective de retrouver le havre de prospérité qui avait vu le jour il y avait tout juste une année de cela. Elle passa rapidement la bandoulière de son sac autour de ses épaules avant d'offrir un sourire qui se voulait le plus rassurant possible au jeune garçon et finalement se surprit elle-même à ajouter :

-Désormais tu ne manqueras plus de rien, j'y veillerais personnellement.

Bon, jugeant son quota de sympathie largement atteint pour aujourd'hui, elle ouvra la porte sans un mot et s'engagea prudemment dans le couloir. Après un temps durant lequel elle avait guetté en silence d'éventuelles présences tout en bloquant le passage du garçon. Elle se décida à franchir le seuil tranquillement en faisant signe à Gabriel de la suivre.

Mais arrivée aux bas des escaliers, elle enfonça un peu sa tignasse écarlate dans sa capuche à la vue du propriétaire qui avait depuis repris son poste.

-Hey z'avez pas payé pour deux !!

L'Aimantaliste se contenta de presser le pas en direction de la sortie, non sans lui avoir jeté les clefs au visage en guise de réponse. L'air de l'extérieur s'engouffra dans le taudis nauséabond tandis qu'elle n'avait pas attendu son reste pour disparaître au coin de la ruelle.

D'ordinaire elle faisait un bref passage dans les égouts pour sortir de la ville sans croiser le chemin des Ailisses. Mais avec Gabriel dans les pattes s'était une autre paire de manche. Le gamin aurait tôt fait de paniquer au moindre mouvement suspect et elle ne pourrait pas se défendre efficacement si elle devait en plus brider les pouvoirs de la mini pile explosive. Il faudra donc se glisser rapidement entre deux tours de garde, c'était en tout cas la solution la plus judicieuse qui lui venait à l'esprit.

-Si jamais on pose des questions, tu es mon frère ! Pigé ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Cours Gaby, cours ! [Libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Cours Gaby, cours ! [Libre]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Premier cours de chimie [Libre jusqu'au début des cours]
» Hi, sweeties ~ ♥ [Cours d'Anglais][Libre]
» Cours Helena ! Cours !
» Cours Nougatine ! Cours ! ft Brandon Scoot
» [Reservé]Cours Gariboy, cours !! [rang B]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Divine Comedy :: HRP :: Les archives :: [Intro] Lorsque la justice avait encore un sens...-
Sauter vers: